Construction Navale
L’avenir de MV Werften suspendu à une aide massive des autorités allemandes
ABONNÉS

Actualité

L’avenir de MV Werften suspendu à une aide massive des autorités allemandes

Construction Navale

400 millions d’euros. C’est le montant de l’aide qu’espère obtenir le constructeur allemand MV Werften pour se maintenir à flot. L’entreprise, qui compte trois chantiers navals à Wismar, Warnemünde et Stralsund, est le constructeur européen de paquebots le plus menacé par les conséquences de la crise sanitaire. Car celle-ci a mis à l’arrêt quasi-complet la croisière depuis mars 2020 et frappe de plein fouet son propriétaire et unique client, le groupe asiatique Genting, dont l’activité principale est l’hôtellerie et l’industrie des loisirs.

Pionnier de la croisière en Asie depuis les années 90 avec sa filiale Star Cruises, le géant malais, avec sa filiale Genting Hong Kong, a entrepris en 2015 de surfer sur l’essor considérable de ce marché en Chine, pour se doter d’une nouvelle flotte capable de rivaliser avec les grands armateurs occidentaux. Alors que les capacités des chantiers spécialisés dans ce domaine étaient déjà assez saturées par les commandes des armateurs américains et européens, Genting a décidé de développer son propre outil industriel. Pour cela, il a acheté les chantiers allemands de l’ex-groupe Nordic Yards (auparavant Aker), dans lesquels il a massivement investi pour les adapter à la construction de paquebots géants et de navires de luxe destinés à ses filiales Star Cruises (puis Dream Cruises) et Crystal Cruises.

Mais l’aventure s’est révélée plus compliquée que prévu, du fait notamment de la nécessité de mettre en place l’outil

MV Werften | Toute l'actualité du constructeur naval