Construction Navale
Delavergne débute la construction d’un nouveau CTV pour TSM Windcat

Actualité

Delavergne débute la construction d’un nouveau CTV pour TSM Windcat

Construction Navale

Conséquence de la signature de contrats avec Ailes Marines, TSM Windcat, co-entreprise de l'armement français Thomas Services Maritimes et de la société néerlandaise Windcat Workboat, a confirmé au chantier Delavergne d’Avrillé, en Vendée, la commande d’une seconde coque de CTV (crew transfer personnel). La première, celle du futur TSM Windcat 49, a été mise à l’eau début février aux Sables d’Olonne puis prise en charge par le TSM Penzer pour être remorquée aux Pays-Bas, où elle va être armée. Le convoi a dans un premier temps rallié Brest, où il est resté bloqué près de trois semaines dans l’attente d’une fenêtre météo favorable pour poursuivre son transit vers la mer du Nord. Celle-ci s’est ouverte fin février.

Alors que le TSM Windcat 49 doit être livré en juin et réaliser son premier contrat au profit d’Ailes Marines sur le futur champ éolien de Saint-Brieuc, son premier jumeau, le futur TSM Windcat 52, vient de voir sa construction débuter chez Delavergne en vue d’une mise en service en 2022, lui aussi à Saint-Brieuc. La construction d’autres CTV est prévue, Thomas Services Maritimes et Windcat Workboat ayant entrepris de développer une flotte de navires spécialisés pour le marché hexagonal des énergies marines.

Longs de 24 mètres pour une largeur de 7.3 mètres et un tirant d’eau maximal de 2 mètres, ces catamarans en aluminium du type Windcat Mk 3.5 affichent une jauge de 61.78 GT. Leur vitesse de service sera de 25 nœuds et ils pourront atteindre 31 nœuds en pointe avec une propulsion basée sur deux moteurs diesels MAN de 750 kW chacun entrainant deux lignes d’arbre.

Dotés d’une cabine en fibre de carbone comptant 26 sièges pour le transport de personnel, par exemple des techniciens de maintenance d’éoliennes, les navires disposeront à l’avant d’une surface de pont de 51 m² permettant de transporter du matériel (11 m² à l’arrière), pour une capacité d’emport de fret de 10 tonnes. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.