Défense
Naval Group : entretien avec Pierre-Eric Pommellet
ABONNÉS

Interview

Naval Group : entretien avec Pierre-Eric Pommellet

Défense

Il y a un an, Pierre-Eric Pommelet prenait la barre de Naval Group. Une entrée en fonctions mouvementée pour le nouveau président du champion français du naval militaire, puisqu’elle est intervenue au moment où la pandémie explosait et que l'Hexagone se confinait. Ce qui a évidemment impacté l’activité et donc les résultats de l'entreprise, ainsi que le marché export sur lequel l’industriel tricolore doit impérativement se développer malgré un haut niveau de commandes nationales.

Cette semaine, Pierre-Eric Pommelet a accordé un entretien à quelques journalistes spécialisés, auquel Mer et Marine a participé. L’occasion de faire le point sur la situation et les perspectives de Naval group.

Quel bilan faites-vous un an après votre arrivée ?

Je suis arrivé il y a un an sous le signe de la crise sanitaire et économique. Le premier semestre a été très marqué par cette situation, il a fallu définir les protocoles pour pouvoir poursuivre l’activité en étant très vigilant à la santé de nos équipes et maintenir le soutien à nos clients, en particulier autour de la dissuasion nucléaire. Nous avons ensuite connu une remontée en puissance au second semestre, où nous avons retrouvé le chemin de la croissance et qui a été en ligne avec nos objectifs, alors que nous avons beaucoup travaillé sur les performances afin de réaliser des économies.

2020 a donc été une année exceptionnelle, difficile, mais nous n'avons perdu aucun client, aucun contrat, et elle a aussi été marquée par de très belles réussites. Il y a notamment eu les essais du premier sous-marin nucléaire d’attaque du programme Barracuda, le Suffren, qui est parti en mer en avril en pleine crise et a été livré en novembre, ce qui est le fruit d’un travail remarquable de la part des équipes. Nous avons par ailleurs franchi des étapes importantes sur le programme de guerre des mines des marines belge et néerlandaises, nous avons tenu les jalons pour celui des sous-marins australiens et nous avons respecté le calendrier pour une livraison de la FREMM Alsace cette année. 2020 a également vu la première sortie à la mer du Riachuelo (tête de série des quatre Scorpène brésiliens, ndlr), la livraison du premier des quatre OPV argentins et la poursuite du programme des Gowind construites en Egypte. Et puis l’année s’est terminée en beauté en décembre avec les annonces du président de la République sur l

Naval Group | Actualité industrie navale de défense