Aller au contenu principal

Vu de l’extérieur, si les portes entrouvertes ne laissaient pas discrètement entrevoir une coque de bateau, il serait impossible d’imaginer que ce hangar abrite un chantier naval. Nous sommes au milieu d’une zone d’activité commerciale, à Bouaye, dans la région nantaise. A quelques kilomètres au nord se trouve la Loire et, pas beaucoup plus loin au sud, le lac de Grand-Lieu. C’est là, parmi une vingtaine d’entreprises, magasins de meubles ou d’accessoires automobiles, société d’emballage, concessionnaire de motos, chaudronnerie et autres artisans, qu’à élu domicile AT.FA.CO.

Un contrat avec un pêcheur breton

Dans le hangar, qui sent bon le bois scié, est en train de naitre le premier bateau professionnel réalisé par le chantier. Un ligneur de 8.5 mètres de long pour 3.5 de large et 80 centimètres de tirant d’eau commandé par un pêcheur breton de Tréguen. « On l’a attaqué en novembre avec pour objectif de le finir au printemps. On n’a pas fait de découpe numérique, tout est découpé à la main, à la scie sauteuse, de façon très artisanale », explique à Mer et Marine Laurent Sourdille, le patron d’AT.FA.CO, qui construit lui-même ce ligneur au sein d’une petite équipe de trois personnes.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Pêche