Aller au contenu principal

Un premier bateau 100% électrique pour la compagnie strasbourgeoise de transport touristique de passagers Batorama. Elle vient de choisir le chantier naval Transmetal Industries, à Saint-Mandrier, associé à la société rochelaise Alternative Energies, pour construire se première Caravelle, nom de la série de 7 navires qui seront construits d’ici 2028. A la manœuvre également, le cabinet d’architecture navale lorientais, Ship- ST qui a signé le design mais aussi le nouveau concept de cette série. « Les 4 ans d’études et de design en chambre nous ont permis de travailler sur un bateau qui sait tout faire. Batorama maîtrise parfaitement son métier et a su nous pousser dans nos retranchements dans une relation de confiance. L'engagement est partagé par tous les acteurs : le chantier, le spécialiste énergie, les fournisseurs et les sous-traitants. L'ambition du projet apporte beaucoup de motivation, c'est très agréable. », dit Laurent Mermier de Ship ST.

Batorama, filiale du port autonome de Strasbourg et opérateur de dix bateaux-mouches croisant sur les canaux de la capitale alsacienne (800.000 passagers/an), a lancé en 2016 un projet de renouvellement de sa flotte. L’idée étant évidemment d’évoluer vers des navires beaucoup plus vertueux pour l’environnement, et surtout zéro-émission. Dans un premier temps, l’armement strasbourgeois avait envisagé la construction d’un navire à hydrogène. Se heurtant à des difficultés règlementaires, Batorama a finalement dû y renoncer et, après avoir envisagé différentes technologies (super condensateurs, batteries plomb, lithium), le choix s’est finalement porté sur une alimentation par batterie lithium-fer-phosphate.

 

264000 Batorama
© SHIP ST

(© SHIP ST)

264001 Batorama
© SHIP ST

(© SHIP ST)

 

La carène a ensuite été étudiée puis optimisée par simulations CFD, pour être adaptée au bassin de navigation du navire qui évolue dans l’Ill, une rivière étroite avec peu de fond. Ship-ST s’est aussi penché sur le design et la conception même du bateau. La carène a été particulièrement optimisée par simulations CFD pour atteindre une résistance minimale en navigation dans Strasbourg. L'Ill (la rivière qui circule dans Strasbourg) est particulièrement étroite avec peu de fond. L’ensemble du bateau a été modélisé en 3D puis validé en réalité virtuelle. Le résultat est un navire de 24.99 mètres en aluminium d’une capacité de 135 passagers, avec des places réservées aux personnes à mobilité réduite. Le parc de batterie, fourni par Alternative Energies et basé sur la technologie LFPo, est d’une capacité de 700kWh avec une autonomie de 16 heures de navigation. Le design comprend également une verrière escamotable fournie par la société néerlandaise Rafa. En effet, le bateau est entièrement vitré pour que les passagers puissent avoir une vue inédite à 360°. Et ce à toutes les saisons, qui peuvent être rudes en Alsace, grâce à une climatisation à haut rendement. Chaque passager disposera d’une tablette lui permettant d’accéder à une médiation numérique complète avec les commentaires pour adultes et pour enfants, mais aussi des contenus complémentaires, la possibilité de communiquer avec l’équipage, de visualiser les images des caméras avant et arrière du bateau.

 

263997 Batorama
© SHIP ST

(© SHIP ST)

264005 Batorama
© SHIP ST

(© SHIP ST)

264003 Batorama
© SHIP ST

(© SHIP ST)

264004 Batorama
© SHIP ST

(© SHIP ST)

 

A Strasbourg, les études sont actuellement en cours pour l’installation des bornes de charge ainsi que pour l’aménagement des pontons..La première Caravelle, qui représente un investissement de 3 millions d’euros, devrait être livrée en 2022. Elle va être testée pendant un an. Ensuite ce sera l’ensemble de la série qui devrait être lancée.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale