Aller au contenu principal

La cérémonie de découpe de la première tôle du « V34 » s’est déroulée hier aux Chantiers de l’Atlantique, à Saint-Nazaire. Il s’agit du cinquième et dernier paquebot de la série Meraviglia/Meraviglia+ et du premier de cette classe équipé d’une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL). Livrable en mai 2023, il sera baptisé MSC Euribia - du nom de la déesse marine grecque Eurybie - et deviendra le 23ème paquebot de la compagnie italo-suisse MSC Cruises.

Ce navire est développé sur la base du design des MSC Grandiosa (G34) et MSC Virtuosa (H34), unités de 331.4 mètres de long, 181.500 GT de jauge et 2440 cabines livrées en octobre 2019 et février 2021. Ils constituent une version agrandie des MSC Meraviglia (E34) et MSC Bellissima (F34), paquebots de 326 mètres 167.600 GT et 2246 cabines, sortis en mai 2017 et février 2019 des chantiers nazairiens.

 

249215 msc virtuosa havre
© FABIEN MONTREUIL

Le MSC Virtuosa (©  FABIEN MONTREUIL)

 

L’un des grands enjeux pour le V34 a été d’adapter une plateforme initialement conçue pour une motorisation classique à une propulsion au GNL, avec des installations différentes (motorisations, auxiliaires, réseaux, échappements) et, surtout, l’intégration de cuves de stockage du GNL (plus de 3000 m3), sachant que ce carburant est bien plus volumineux que le fuel lourd et le gasoil traditionnellement employé par les navires. Et bien sûr il fallait obtenir la même puissance embarquée. Les ingénieurs des Chantiers de l’Atlantique ont donc optimisé au maximum les locaux et sont parvenus à dégager les marges nécessaires à cette nouvelle propulsion sans, pour autant, réduire la surface des espaces publics et la capacité d'accueil en passagers.

Afin de réduire les coûts et faciliter la formation et la maintenance pour l’armateur, le V34 sera doté de systèmes analogues à ceux des nouveaux paquebots de la classe World de MSC Cruises, qui sont équipés par Wärtislä pour la partie gaz, dont des moteurs dual-fuel fonctionnant aussi bien au GNL qu’avec un carburant classique. La puissance et le volume des deux cuves GNL ont juste été adaptés à ce cinquième Meraviglia, moins gros que les World (333 mètres, 205.700 GT, 2632 cabines), dont le premier exemplaire, le MSC Europa (W34) doit être mis à l’eau en décembre prochain à Saint-Nazaire en vue d’une livraison en octobre 2022. Son premier sistership devrait voir sa construction commencer début 2023 pour une mise en service désormais programmée en février 2025. Deux autres World sont prévus mais n’ont pas été confirmés à ce stade.

 

255667 saint-nazaire chantiers msc europa
© MER ET MARINE

Le MSC World Europa en cours d'assemblage (© MER ET MARINE)

255668 saint-nazaire chantiers msc europa
© MER ET MARINE

(© MER ET MARINE)

 

La propulsion GNL permettra de traiter les émissions polluantes (avec selon l’armateur et le chantier une réduction de 99% des SOx, 85% des NOx et 98% des particules fines) et diminuer les rejets de CO2, sachant que le MSC Euribia sera équipé d’un système de branchement au courant électrique terrestre, qui lui permettra d’éteindre ses générateurs lors des escales dans les ports équipés d’un tel dispositif.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Croisières
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique MSC Croisières