Aller au contenu principal

Nouveau détenteur du titre de plus gros paquebot du monde, le Wonder of the Seas doit rentrer ce mardi 24 août dans la soirée à Saint-Nazaire après quatre jours d’essais en mer. Connu aux Chantiers de l’Atlantique en tant que « C34 », son numéro de coque, ce mastodonte de 362 mètres de long pour 64 mètres de large affiche selon son armateur, la compagnie américaine Royal Caribbean International (RCI), une jauge finale de 236.857 GT et compte pas moins de 2867 cabines et suites. De quoi accueillir 5734 passagers en base double et 6900 passagers en capacité maximale, auxquels s’ajouteront 2300 membres d’équipage. Le navire, qui a appareillé vendredi 20 août de l’estuaire de la Loire, compte près de 500 personnes à bord. Les ingénieurs et techniciens des chantiers, accompagnés des équipes de l’armateur et de la société de classification DNV, valident les performances du paquebot (capacités manœuvrières, propulsion, systèmes de navigation et de sécurité, niveaux de bruits et de vibration…) au cours de différentes évolutions au large de Belle-Ile. Normalement, ce devrait être l’unique sortie d’essais en mer de ce navire de série.

 

Diaporama orphelin : container

 

259083 wonder of the seas
© BERNARD BIGER

Le Wonder of the Seas appareillant de Saint-Nazaire le 20 août (© BERNARD BIGER)

 

Cinquième unité de la classe Oasis

D'un coût de plus d'un milliard d'euros, le Wonder of the Seas, dont l’assemblage a débuté en octobre 2019 et qui a été mis à l’eau en septembre 2020, est le cinquième paquebot de la classe Oasis de RCI. Les deux premiers, l’Oasis of the Seas (2009) et l’Allure of the Seas (2010), ont été construits à Turku, en Finlande, l’armateur choisissant ensuite les Chantiers de l’Atlantique pour poursuivre la série. Commandé en décembre 2012, l’Harmony of the Seas (A34) est, ainsi, sorti en mai 2016 de Saint-Nazaire, suivi en avril 2018 du Symphony of the Seas (B34). Avec à chaque fois une jauge et une capacité légèrement supérieures au navire précédent, par exemple 228.000 GT et 2759 cabines pour le Symphony of the Seas (voir notre reportage à bord de ce navire).

Mise en service en Chine en mars 2022

Un sixième Oasis (A35) est en commande en vue d’une livraison désormais programmée en 2024, au lieu de 2023 comme prévu initialement. Une conséquence de la crise sanitaire qui a paralysé la quasi-totalité de l’industrie de la croisière pendant plus d’un an et ne verra probablement pas de retour à la normale de cette activité avant 2022. De ce fait, compagnies et chantiers ont renégocié les commandes en cours afin de lisser les investissements et mieux amortir les effets de la crise. C’est aussi le cas du Wonder of the Seas, qui devait au départ entrer en service au printemps 2021. Il n’accueillera finalement ses premiers passagers qu’en mars 2022, avec des croisières au départ de Shanghai, en Chine, devenant ainsi le premier paquebot de cette classe exploité en Asie.

En attente à Marseille cet hiver

A son retour d’essais, le Wonder of the Seas va regagner le bassin C des Chantiers de l’Atlantique, où il est passé en cale sèche au début de l’été et où les travaux d’achèvement de ses espaces publics vont se poursuivre. Sa livraison est prévue en octobre mais le C34 ne pourra pas rester jusqu’en début d’année prochaine à Saint-Nazaire. Les chantiers ont en effet besoin du bassin C pour un autre paquebot géant, le MSC World Europa (W34), en cours d’assemblage et dont la mise à l’eau est prévue en décembre. Le nouveau fleuron de Royal Caribbean International sera donc mis en attente dans un autre port français. Brest était jusqu’ici pressenti mais, a appris Mer et Marine, le choix s’est finalement porté sur Marseille, où le Wonder of the Seas est attendu à l’automne.

- Voir notre article détaillé sur le plan de charge et les perspectives des chantiers nazairiens

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Croisières
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique Royal Caribbean Cruises