Aller au contenu principal

Un certain nombre de société françaises, mais aussi belges, actives dans le secteur naval militaire et civil devraient intégrer Bouygues l’année prochaine. Cela résulte du projet de cession, par Engie, d’Equans, la société créée le 1er juillet dernier par le groupe pour rassembler ses filiales de services techniques, dont le regroupement avait débuté en 2020 avec l’entité Engie Solutions. On y trouve par exemple l’entreprise bretonne CNN MCO, qui travaille notamment sur le maintien en condition opérationnelle de bâtiments de la Marine nationale et de la marine belge ; Axima, spécialiste du génie climatique et de la réfrigération (HVAC), ainsi que de la sécurité incendie, qui œuvre en particulier sur des navires neufs civils et militaires ; Ineo Défense pour les systèmes d’information et de communication, Exavision spécialisé dans les systèmes de surveillance optroniques pour la défense, l'industrie et les ports, ou encore l’entreprise belge Fabricom, positionnée sur le marché de l’éolien en mer et qui dispose d’un chantier de construction de sous-stations électriques à Hoboken

Ces derniers mois, Engie a fait le choix stratégique de se recentrer sur l’énergie, cherchant un repreneur pour ses activités dans les services, d’où la création cet été d’une entité autonome, Equans, regroupant 74.000 collaborateurs dans 17 pays (dont près de 30.000 en France), pour un chiffre d’affaires annuel de plus de 12 milliards d’euros. Vendredi dernier, le conseil d’administration d’Engie a sélectionné l’offre du groupe Bouygues, considérée comme la meilleure et présentant l’avantage d’une reprise d’un bloc d’Equans. Cela, pour un montant de 7.1 milliards d’euros. Alors que les deux groupes sont entrés dans une phase de négociations exclusives, ils espèrent boucler l’opération à partir de la mi-2022.

L’activité combinée de Bouygues Energies & Services et d’Equans fera de l’ensemble l’un des leaders mondiaux des services multi-techniques et la plus grosse entité du groupe Bouygues, devant le BTP.

On rappellera qu’en dehors d’Equans, Engie va aussi se séparer d’Endel (dont CNN MCO était une filiale avant son transfert à Equans), l’offre du groupe français Altrad ayant été retenue cet été en vue d’une finalisation de la vente début 2022. Engie a aussi entrepris de se désengager de GTT, le numéro 1 mondial de la conception de cuves de confinement pour le gaz naturel liquéfié, dont il a vendu 10% de sa participation (40% jusque-là) en mai dernier (10% supplémentaires pouvant être cédés sous trois ans). En 2018 déjà, Engie avait cédé ses activités amont dans le GNL à Total, dont l’armement Gazocean.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Energies marines Défense
Dossiers
Engie