Aller au contenu principal

Elle avait été mise en service le 10 janvier 2002, en accueillant le Solidor 5, un catamaran de 60 mètres de la compagnie Emeraude Lines (Saint-Malo). La cale-sèche du port de Concarneau (Finistère), aujourd’hui exploitée par la société Carenco vient de fêter ses vingt ans après avoir vu défiler près de 300 navires.

 

273352 Solidor
© CARENCO

(© CARENCO)

 

Cet outil de 130 mètres de long, pour 27 de large et 10.8 de profondeur, dont l’idée remonte à 1995, permet d’accueillir des bateaux jusqu’à 110 mètres. Ainsi, Concarneau, qui disposait alors d’un slipway pouvant hisser des bateaux de 400 tonnes et d’un élévateur pour des bateaux de 2000 tonnes, a pu s’ouvrir à de nouveaux marchés, accueillant d’autres navires que la flotte locale. En 2021, en plus de nombreux arrêts techniques (frégate Mohamed V, Atalante…), la cale sèche a notamment servi à accueillir la série des patrouilleurs du type OPV 87 construits par Piriou.

 

273351 atalante concarneau
© PIRIOU

(© PIRIOU)

 

Carenco doit investir 25 millions d’euros sur 15 ans avec l’appui de la Région Bretagne. La porte de la cale-sèche doit être remplacée en fin d’année, voire début 2023. L’élaboration du cahier et des charges est en cours. La commande devrait être passée dans les mois à venir pour qu’elle soit ensuite fabriquée au second semestre. Suivra la rénovation de l’ascenseur à bateaux de 2000 tonnes. Surtout, la cale-sèche doit être couverte d’ici 2025 pour améliorer la performance environnementale, assurer une protection contre les aléas météo pour les opérations de peinture, sablage ou décapage, tout en protégeant les ouvriers et réduisant les nuisances pour le voisinage.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Port de Concarneau