Aller au contenu principal

Après une période de fortes turbulences, le chantier Couach de Gujan-Mestras retrouve la route de la croissance et des bénéfices. Spécialisé dans les bateaux civils et militaires réalisés en matériaux composites, le constructeur girondin table cette année sur un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros pour un EBITDA à 4%, explique-t-il à Mer et Marine. A comparer aux 34 millions et au résultat tout juste positif (600.000 euros) de 2020. Mais déjà, ce bilan avait signé le redressement de l’entreprise avec un chiffre d’affaires cinq fois supérieur à celui de 2019, année noire marquée par de fortes pertes. L’activité avait commencé à plonger en 2018 (28 millions de CA) après un exercice record en 2017 (93 millions). Cela a coïncidé avec l’achèvement d’un contrat majeur de 79 intercepteurs de 16.5 mètres construits pour l’Arabie saoudite.

 

156929 1650 FIC couach
© NICOLAS CLARIS

L'un des 79 intercepteurs saoudiens (© : NICOLAS CLARIS)

 

Un contrat engrangé en 2015 et qui a vu tous les bateaux livrés en seulement deux ans, de l’été 2016 à l’été 2018, dans les temps, les coûts impartis et sans aucune réserve de la part du client. Un vrai tour de force. Puis l’activité s’est effondrée et, au manque de commandes, Couach a dû ajouter le règlement de vieux litiges. « Alors que nous n’avions plus de charge en 2019, il a fallu provisionner pour

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Défense
Dossiers
Chantier Naval Couach