Aller au contenu principal

Après six ans d’études et de développement, les Chantiers de l’Atlantique et NOV-BLM ont mené à bien, début juin, les essais en mer du prototype à échelle 1 d’un système de lancement et de récupération (launch and recovery system - LARS). Un dispositif spécialement conçu pour déployer simplement et en sécurité, depuis un navire, des drones marins ou des embarcations avec du personnel à bord. Cela, pour des applications militaires et civiles. Avant de rentrer dans les détails techniques, la vidéo ci-dessous, réalisée par les Chantiers de l'Atlantique, donne une bonne vue d'ensemble du prototype et de son fonctionnement.  

 

 

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

 

Un système imaginé à l’origine pour la guerre des mines

Ce système, qui a pour objectif de proposer une solution au casse-tête de la mise en œuvre d’engins quand la mer est mauvaise, a été imaginé à partir de 2016, au départ dans le cadre de la compétition internationale pour les nouveaux bâtiments de guerre des mines belgo-néerlandais. Les Chantiers de l’Atlantique étaient alors alliés à Thales pour concevoir une plateforme et un LARS taillés pour le système de drones développé pour le groupe français dans le cadre du programme franco-britannique MMCM. Ce dernier comprend notamment des drones de surface (USV) de 12 mètres et plus de 15 tonnes, ainsi que des drones sous-marins (AUV). Mais au final, le contrat des futurs chasseurs de mines belgo-néerlandais et leurs drones a été attribué en 2019 à un consortium concurrent, formé par Naval Group et ECA.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Défense Croisières Offshore
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique