Aller au contenu principal

C’est un très beau contrat qu’à signé le 29 novembre Fincantieri avec l’Etat norvégien. Le constructeur italien et sa filiale Vard, dont la majeure partie des chantiers, ainsi que les bureaux d’études, sont implantés en Norvège, livrera en 2017 un bâtiment de recherche polaire. Long de 100 mètres pour une largeur de 21 mètres, ce navire de 9000 tonnes pourra accueillir 55 membres d’équipage, scientifiques et étudiants chercheurs, qui seront logés dans 38 cabines. Exploité par l’Institut de recherche marine norvégien, le Kronprins Haakon disposera de laboratoires et de nombreux équipements de pointe permettant d’étudier l’écosystème, ainsi que la morphologie et la géologie des fonds marins. « Ce navire sera l’un des brise-glaces les plus avancés du monde et apportera des capacités de haute technologie pour l’étude de l’environnement marin. Il sera réalisé selon des critères assurant un impact environnemental minimum, avec notamment un rayonnement réduit des bruits dans l’eau afin d’étudier les poissons et mammifères marins. Le navire pourra mener des travaux océanographiques et hydrographique dans n’importe quelle zone d’opération », souligne Fincantieri.

 

 

82847 fincantieri oceno norvège
© FINCANTIERI

Vue du futur  Kronprins Haakon (© : FINCANTIERI)

 

 

Etude de l'Arctique et de l'Antarctique

 

 

Conçu pour naviguer en milieu polaire, avec une coque brise-glace, le navire disposera à l’avant d’une plateforme et d’un hangar, ce dernier pouvant abriter deux hélicoptères. « La commande de ce navire contribuera à la connaissance des écosystèmes dans les régions arctique et antarctique. C’est un instrument de grande importance non seulement pour notre pays, mais aussi pour l’ensemble de la communauté scientifique internationale », affirme Elisabeth Aspaker, ministre norvégien des Pêches et Affaires littorales. Dans le grand nord comme dans l’extrême sud de la planète, le bateau servira notamment à l’étude des conséquences du réchauffement climatique sur les zones polaires. « Nous faisons toujours face à de nombreux défis pour comprendre la nature. Les effets du changement climatique est l’un des domaines de recherche où nous avons besoin d’un navire dotés de technologies avancées, comme le Kronprins Haakon », précise Tore Neptsad, directeur général de l’Institut de recherche marine norvégien.

 

 

Un design Rolls-Royce

 

 

On notera que ce dernier avait retenu dès 2008, pour son futur navire, le design NVC 395 proposé par le groupe britannique Rolls-Royce, dont les bureaux d’études spécialisés dans l’offshore et les navires spéciaux sont basés en Norvège. C’est ce modèle, et non un design développé par Vard, que le Kronprins Haakon va adopter. Le navire verra sa coque réalisée en Italie par les chantiers Fincantieri de Riva Trigoso et Muggiano. Après sa mise à l’eau, prévue au cours du second semestre 2016, il rejoindra l’un des sites norvégiens de Vard pour être achevé et réaliser ses essais en mer. Sa livraison est prévue début 2017. Quant au coût du Kronprins Haakon, il est de 175 millions d’euros. 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Fincantieri Vard Rolls-Royce