Aller au contenu principal

Wärtsilä vient de décrocher un gros contrat d’équipement pour 12 porte-conteneurs de CMA CGM propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL). Le motoriste finlandais va fournir pour chacun de ces navires cinq groupes auxiliaires 34 DF mais également son système de contrôle Nacos Platinum, le contrôle de la propulsion, l’alimentation en GNL et le traitement des eaux usées. L’occasion pour Mer et Marine de revenir avec Håkan Agnevall, directeur général de Wärtsilä, sur cette commande mais aussi plus largement sur l’avenir de la propulsion dans le transport maritime.

MER ET MARINE : Vous venez de remporter une importante commande avec CMA CGM. Un de vos clients réguliers ?

HAKAN AGNEVALL : En effet, nous avons une relation de très long terme avec CMA CGM que je qualifierais de partenariat. Cette commande fait suite à plusieurs autres, notamment, récemment, pour l’équipement de neuf navires de 23.000 EVP et de cinq autres de 15.000. Nous sommes très fiers de cette coopération.

Vous fournissez notamment des auxiliaires dual-fuel fonctionnant, donc, principalement au GNL. Ce combustible est-il pour vous la meilleure solution actuellement pour les armateurs qui construisent des navires neufs ?

Le GNL est une bonne solution actuellement mais il faut bien comprendre que l’avenir de la propulsion du transport maritime va passer par une stratégie à multiples solutions. Le groupe CMA CGM va de l’avant, en équipant ses navires de la propulsion actuellement la plus adaptée. Le GNL est disponible, il permet de réduire les émissions nocives. Ensuite, le groupe veut évoluer vers du bio-méthane, ce qui va permettre une neutralité carbone. Ce choix de trajectoire prend en compte à la fois les préoccupations environnementales et la réalité des solutions techniques et d’approvisionnement actuels.

Vous parlez de trajectoire, de stratégie. Les armateurs doivent penser la propulsion de leurs navires de manière évolutive ?

Absolument. Nous entrons actuellement dans une ère qui va voir les choses changer radicalement, à la fois d’un point de vue règlementaire et technologique. Mais les énergies fossiles vont encore être majoritairement présentes dans les années à venir. Bien sûr, les technologies zéro carbone avancent et vont être bientôt prêtes mais ce n’est pas tout. Il va falloir construire tout un écosystème autour pour la production des nouveaux combustibles, leur transport et leur stockage pour approvisionnement.  

Les choses vont prendre du temps. Et parallèlement, les normes d’émissions carbone, comme le CII, vont entrer en vigueur. Il va donc falloir imaginer une transition graduelle. Et des navires prêts à évoluer.

Des navires multi-combustibles ?

Un navire est construit pour plusieurs décennies et dans ces prochaines décennies il va se passer énormément de choses en matière de propulsion. Chez Wärtsilä, nous serons capables de présenter une propulsion à l’ammoniac en 2023 et aux mélanges d’hydrogène en 2025. Mais, pour les raisons que j’évoquais, il va falloir du temps pour que ces nouveaux combustibles zéro-émission puissent être accessibles au plus grand nombre. En attendant, des solutions neutres en carbone comme le bio-méthane peuvent fonctionner avec des motorisations existantes.

Mais ce qui est certain, c’est qu’il est nécessaire d’avoir une certaine flexibilité. En tant que fournisseur, nous travaillons à des solutions qui puissent servir cet objectif. C’est une démarche holistique : la propulsion en elle-même mais également les bonnes pratiques à bord. Les nouveaux combustibles vont être de deux à quatre fois plus chers que ceux que nous connaissons actuellement. Il faut donc conjuguer les approches pour améliorer l’efficacité de ces nouvelles propulsions avec le moteur, le design mais aussi les économies d’énergies à bord, en utilisant notamment la digitalisation et la gestion et l’analyse des données du bord.

Propos recueillis par Caroline Britz © Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Propulsion - Motorisation de navires