Aller au contenu principal

Le ferry Hydra de la compagnie norvégienne Norled, conçu par le bureau d’étude toulousain LMG Marin, a été mis en service en Norvège. Construite aux chantiers turcs Koaceli et remorquée jusqu’en Norvège, au chantier Westcon, cette unité innovante doit fonctionner à l’hydrogène liquide entre Hjelmeland, Skipavik et Nesvik dans le Rogaland.

Ce sera une première. Mais, pour le moment, l’équipage doit se contenter du diesel pour faire tourner les deux groupes électrogènes produisant l’électricité pour la propulsion. En effet, les quais en construction pour le nouveau navire ne sont pas encore livrés pour des raisons liées à la pandémie. Le système hydrogène doit être installé pendant l’hiver et il devrait utiliser l’hydrogène liquide et sa pile à combustible à partir du printemps 2022.

Ce ferry mesure 82.4 mètres de long pour une capacité de 299 passagers et 80 voitures. Il pourra atteindre la vitesse de 9 nœuds avec des piles à combustible de 2 x 200 kW et des groupes électrogènes de 2 x 440 kW alimentant les propulseurs Schottel. Pour stocker l'hydrogène, une citerne de 80 m3 a été prévue. Son sistership, le Nesvik, qui est lui hybride électrique et LH2 Ready a déjà été livré. Norled ambitionne de n’opérer que des ferry zéro émission d’ici 2030.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale