Aller au contenu principal

Le groupe norvégien Kongsberg annonce les premiers tests de son démonstrateur de transmission alimenté par des piles à hydrogène et destiné à la propulsion des navires. Il s'agit de la troisième et dernière partie du projet HySeas, lancé en 2013 et impliquant des acteurs français, allemands, britanniques, suédois et danois. Selon l'industriel, ce démonstrateur est la preuve que l'hydrogène est désormais mature pour être utilisé dans la propulsion des navires.

Le démonstrateur, installé près de Bergen, consiste en un système complet de propulsion électrique, à l'échelle une, et, donc, alimenté par des piles à hydrogène. Après la réussite de ces premiers tests, il va désormais entrer dans un cycle de quatre mois destiné à valider sa pertinence opérationnelle pour une utilisation sur un ferry. Pour celà, les données utilisées vont être celle du ferry de l'armement écossais CMAL sur la route entre Kirkwall et Sapinsay, dans les îles Orcades. Les données recueillies et le retour d'expérience permettront ensuite de valider un design de navire fonctionnant avec une propulsion à hydrogène. Les équipes de CMAL espèrent pouvoir le finaliser en mars 2022. L'hydrogène nécessaire aux piles à combustible sera produit par des éoliennes dans les ports d'escale.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale