Aller au contenu principal

Spécialisé dans les constructions en aluminium, le chantier Delavergne d’Avrillé, en Vendée, a décroché la commande d’une vedette pour la station de pilotage de la Seine, a appris Mer et Marine. Une nouveauté pour le chantier vendéen : « Delavergne a déjà fait une pilotine, mais c’était il y a très longtemps donc oui, on peut parler de nouveauté et on va essayer de rentrer sur ce marché où nous voudrions bien nous développer car je pense qu’il y a des perspectives. Même si beaucoup de stations sont habituées aux bateaux en plastique, je crois que l’alu a sa place car il présente des avantages comme sa longévité, la facilité des réparations et le fait qu’il se déforme et ne craque pas, ce qui est un atout en matière de sécurité, notamment les risques de voie d’eau », nous explique Jean-Marie Coudé. Cet ancien officier de la Marine marchande a repris en septembre 2021 le chantier vendéen, vendu par Patrick et Catherine Delavergne à l’occasion de leur départ en retraite.

 

Une unité de 9 mètres conçue par Delion 

Livrable en avril 2023, cette première vedette qu’il va construire pour la station de la Seine a été dessinée par le bureau d’architecture nantais de Pierre Delion, dont les modèles ont bien percé ces dernières années chez les pilotes français. Il s’agit cette fois d’une petite unité à vocation surtout fluviale de 9 mètres de long (9.58 hors tout) pour 4 mètres de large et 7.2 tonnes en charge (6.6 lège). Dotée d’un moteur diesel Volvo Penta D6-380 et d’une hélice à 5 pales, elle pourra atteindre la vitesse de 23 nœuds et accueillir jusqu’à quatre personnes.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Vie portuaire
Dossiers
Pilotage et pilotes maritimes