Aller au contenu principal

Au port de Keroman, à Lorient, l’élévateur à bateau de 650 tonnes, âgé de 20 ans, devrait être prochainement remplacé. Le nouveau maire, qui préside également Lorient agglomération (25 communes), Fabrice Loher, s’y est engagé l’an dernier. L’agglomération, actionnaire de la Société d’économie mixte (SEM) Keroman, expliquait, en février, vouloir apporter 1 million d’euros, sur un budget estimé à 4 millions.

De 650 à 800 tonnes ?

C’est que l’outil, vétuste, montre des signes de faiblesse avec des pannes importantes et récurrentes, comme sur les couronnes de direction. Il doit être régulièrement réparé et son temps de maintenance pourrait friser celui d’utilisation. Or, il est crucial pour la réparation navale lorientaise. Elle ne dispose d’aucune solution de remplacement pour mettre les navires au sec en cas de blocage. Toute panne handicape l’activité des entreprises portuaires. Ce qui fait dire à Patrice Le Fel, président de l’interprofession du port de Lorient (IPL) qui compte une soixantaine d’adhérents, qu’il y a « un risque majeur pour toute la profession », soit « 1500 emplois directs dans la réparation navale civile ». Un remplacement s’impose donc. Le président de

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Port de Lorient