Aller au contenu principal

Il fallait s’en douter. Le retard d’un mois et demi dans la livraison du Costa Smeralda a, dans le plan de charge très tendu qu’est celui du chantier finlandais Meyer Turku, un impact direct sur les paquebots qui suivent celui réceptionné le 5 décembre (au lieu du 17 octobre) par la compagnie italienne. Sa maison-mère, le groupe américain Carnival Corporation, a ainsi annoncé le 20 décembre que le second navire de cette série multimarques construit en Finlande entrerait lui aussi en service bien après la date initialement prévue. Mis sur cale en juin dernier à Turku, le futur Mardi Gras, qui sera exploité par Carnival Cruise Line (CCL), devait réaliser sa première croisière commerciale le 31 août 2020. Celle-ci est finalement reportée au 14 novembre, non plus en Europe mais directement à Port Canaveral, en Floride, où le paquebot sera basé à l’année. Huit croisières, dont la transatlantique de positionnement et les départs initiaux prévus à New York, ont été annulées.

 

200764 mardi gras carnival
© CCL

Vue du futur Mardi Gras  (© CCL)

 

Selon Carnival, le navire devrait être livré fin octobre, soit avec deux mois de retard. Il s’agit pour mémoire d’une première paire de paquebots destinés à CCL. Ils font partie d’une longue série d’au moins neuf navires géants de plus de 180.000 GT de jauge et 5000 passagers en base double propulsés au gaz naturel liquéfié et destinés à différentes filiales de Carnival Corporation (Costa, AIDA, CCL et P&O Cruises). Le premier exemplaire de cette nouvelle génération, l’AIDAnova, a été réalisé en Allemagne par le chantier de Papenburg, appartenant comme celui de Turku au groupe Meyer Werft. Une tête de série livrée en décembre 2018 avec déjà un mois de retard. Ce qui pouvait s’entendre à l’époque du fait que ce navire était un prototype très complexe.

Mais cela fait donc maintenant trois bateaux que le groupe Meyer Werft ne parvient pas à achever dans le temps, ce qui met le constructeur dans une situation compliquée. D’autant qu’il y a bien d’autres mastodontes à suivre, non seulement pour le groupe Carnival mais aussi pour d’autres armateurs. On pense en particulier au projet Icon de RCCL, qui s’annonce lui aussi comme très ambitieux, avec au moins quatre navires (trois commandés à ce jour) de 200.000 GT propulsés au GNL dont la tête de série doit être mise en chantier cette année à Turku en vue d’une livraison en 2022. Le site finlandais doit dans le même temps achever le premier sistership du Costa Smeralda, le futur Costa Toscana, en 2021, puis celui du Mardi Gras en 2022.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Croisières
Dossiers
Carnival Corporation Meyer Turku (ex-STX FINLAND)