Aller au contenu principal

Le constructeur allemand Meyer Werft vient de mettre officiellement sur cale son troisième paquebot géant équipé d’une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié. Il s’agit de l’AIDAcosma, premier sistership de l’AIDAnova, le tout premier paquebot GNL au monde, livré en décembre 2018. La mise sur cale s’est déroulée chez Neptun Werft, le site de Meyer Werft situé à Rostock. Ce dernier est chargé de réaliser de grandes sections longues de plus de 120 mètres accueillant notamment les moteurs (quatre MaK-Caterpillar 16 M 46 DF) et les trois cuves de stockage GNL (d’une capacité globale de 3600 m3) des navires. Une fois réalisée, cette section sera, comme ce fut le cas pour l’AIDAnova, remorquée jusqu’au chantier principal de Meyer Werft, à Papenburg, où l'ensemble du navire, constitué d’un total de 90 blocs, sera assemblé.

 

174931 aidanova neptun werft
© FELIX GAENSICKE

La section propulsion de l'AIDAnova produite à Rostock en 2017 (© FELIX GAENSICKE)

 

Livrable à l’été 2021, l’AIDAcosma mesurera comme son aîné 337 mètres de long pour 42 mètres de large. Sa jauge atteindra 183.900 GT et il comptera 2626 cabines et suites, soit une capacité maximale supérieure à 6000 passagers, servis par 1500 membres d’équipage. Un troisième navire du même type doit être achevé en 2023 par Meyer Werft.

 

216632 aidanova
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

L'AIDAnova (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

216636 aidanova
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

L'AIDAnova (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Ces navires font partir d’une commande globale portant pour le moment sur neuf paquebots adoptant une propulsion GNL et une base de design commune. Elle a été passée par l’armateur américain Carnival Corporation pour plusieurs de ses marques : la compagnie italienne Costa Crociere et sa filiale allemande AIDA Cruises, ainsi que les compagnies américaine P&O Cruises et Carnival Cruise Line (CCL). Cette commande est répartie entre Papenburg (AIDA et P&O) et le chantier finlandais Meyer Turku (Costa, CCL), qui appartient au constructeur allemand. Le site de Rostock réalise quant à lui les sections propulsion de tous ces bateaux, qui sont ensuite envoyées à Papenburg ou Turku.

 

217677 meyer turku costa smeralda
© MEYER TURKU

Le Costa Smeralda au chantier de Turku, en Finlande (© MEYER TURKU)

217065 costa smeralda turku
© MEYER TURKU

Le Costa Smeralda au chantier de Turku, en Finlande (© MEYER TURKU)

 

Après l’AIDAnova en décembre 2018, le second paquebot de cette commande géante de Carnival, le Costa Smeralda, doit sortir le mois prochain du chantier de Turku, avec un mois de retard sur le calendrier initial. Le chantier finlandais a déjà lancé cet été la construction de son jumeau, le futur Costa Toscana, prévu pour entrer en service en 2021. Mais déjà la première des deux unités destinées à CCL, le Mardi Gras, est en cours d’assemblage en vue d’un achèvement en 2020, son sistership allant suivre en 2022.

 

200764 mardi gras carnival
© CCL

Le futur Mardi Gras (© CCL)

 

Quant à Papenburg, entre l’AIDAnova et l’AIDAcosma, il y a le premier exemplaire commandé pour P&O Cruises, le futur Iona, que Meyer Werft assemble actuellement dans sa forme de construction couverte. Il entrera en flotte en 2020, son jumeau étant prévu en 2022.

 

215580 meyer werft iona p&o
© MEYER WERFT

L'Iona en cours d'assembmage à Papenburg (© MEYER WERFT)

188878 iona p&o cuises
© P&O CRUISES

Le futur Iona (© P&O CRUISES)

 

Ce programme colossal d'une dizaine de milliards de dollars, qui devrait comprendre d’autres unités en plus des neuf déjà commandées, est crucial pour le constructeur allemand et sa filiale finlandaise car il leur a permis de se lancer résolument sur le marché des paquebots utilisant le GNL, un carburant bien moins polluant que les combustibles traditionnels.

Après le groupe Carnival, Meyer Werft a d’ailleurs reçu d’autres commandes pour des paquebots GNL. Avec pour commencer les quatre mastodontes de 200.000 GT et 2500 cabines du projet Icon de la compagnie américaine Royal Caribbean International. Trois ont pour le moment été signés à Turku pour des livraisons en 2022, 2024 et 2026, un quatrième (en option) étant prévu pour 2027. Quant à Papenburg, il va pour sa part construire trois autres navires propulsés au gaz, des bateaux de 135.000 GT et 1250 cabines commandés par une autre compagnie américaine, Disney Cruise Line, qui doit les réceptionner en 2021, 2022 et 2023. La tête de série sera baptisée Disney Wish. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Croisières
Dossiers
Meyer Werft