Aller au contenu principal

Après une période difficile suite à la fin de la série des 79 intercepteurs de 16.5 mètres destinés à l’Arabie saoudite, dont les derniers exemplaires ont été livrés à l’été 2018, le constructeur girondin Couach reprend des couleurs. « Fin 2018 nous n’avions plus rien. En 2019 nous avons bataillé pour décrocher des commandes et nous avons finalement signé de beaux contrats. Depuis la fin 2019, les bureaux d’études ont beaucoup travaillé et cette année la production remonte en puissance », explique-t-on à Mer et Marine au chantier de Gujan-Mestras. Ce dernier est pour mémoire une filiale du groupe Nepteam, qui possède également IMS Shipyard et Zodiac Nautic. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Chantier Naval Couach