Aller au contenu principal

Le Breizh Nevez 1, nouveau ferry affecté à la desserte de l’île de Groix, a été mis à l’eau hier dans le port de Lorient, puis remorqué vers Concarneau pour achèvement puis essais. Il doit être livré par Piriou à la Compagnie Océane à la fin du mois de mars et remplacera le Saint-Tudy, mis en service en 1985.

 

164109 oceane saint tudy groix
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Le Saint-Tudy (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Notifiée fin 2015 par le Département du Morbihan, la commande de ce navire, d’un coût de 13 millions d’euros, a été reprise par la Région Bretagne, cette dernière ayant récupéré le 1er janvier 2017 la compétence des transports maritimes dans le cadre de la loi NOTRe. 

Exploité au travers d’une délégation de service public par la Compagnie Océane (filiale de Transdev), le Breizh Nevez 1 mesure 43.5 mètres de long pour 11.6 mètres de large, des dimensions dictées par celles de Port-Tudy, la capitale groisillonne, où il pourra passer la nuit. Armé par 7 membres d’équipage, le bateau pourra transporter 300 passagers et 18 voitures.

 

Diaporama

 

Pour mémoire, sa coque a été réalisée à Lanester par le chantier Kership, filiale de Piriou et Naval Group (ex-DCNS). Elle a ensuite été remorquée dans le port de Lorient puis mise au sec sur le terre-plein de Keroman, où Piriou a assuré son armement. Il reste notamment au constructeur à assurer la finition des espaces intérieurs. Ces travaux seront effectués à Concarneau, où le Breizh Nevez 1 a été remorqué hier soir. 

Concernant la Région, qui est devenue l’un des principaux armateurs de Bretagne, elle possède une flotte de 17 navires à bord desquels sont transportés chaque année 2.6 millions de passagers. 430.000 le sont vers les îles du Morbihan, les autres sur les lignes desservant les archipels finistériens (Sein, Ouessant, Molène).

Le Breizh Nevez 1 est le premier navire neuf de cette flotte régionale créée il y a un an et dont il arbore la nouvelle livrée. D’autres unités seront construites dans les prochaines années. « Un plan pluriannuel d’investissements, examiné par le Conseil régional en 2018, déterminera quels navires sont à renouveler en priorité, à raison d’un bateau tous les 3 ans », précise la collectivité.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale Marine marchande
Dossiers
Chantier Piriou Port de Lorient