Aller au contenu principal

Le navire de voyage. Un nom qui fait penser à Jules Verne et aux grands explorateurs. Un nom qui fait déjà rêver et qui va bientôt changer la vie des chantiers Piriou de Concarneau. « Une première », « un défi », Pascal Piriou, patron du groupe sait qu'il vient de signer un contrat unique. « Ce navire de voyage nous ouvre des perspectives incroyables.... Il est unique en son genre et représente le chaînon manquant entre le navire offshore ou de pêche et le paquebot de croisière ou le yacht de luxe. Il entre parfaitement dans les sphères de compétences du site historique du groupe et nous offre une formidable opportunité pour convaincre d'autres armateurs internationaux qui aiment naviguer dans des zones extrêmes dans les meilleures conditions de sécurité et de confort ». Un navire qui servira de plateforme d'exploration scientifique dans les eaux les plus extrêmes. Un navire de la connaissance qui pourra accueillir 18 passagers, scientifiques, chercheurs ou techniciens pour effectuer des travaux d'observation ou de prélèvements. Un navire ambassadeur qui pourra recevoir du public. Une vitrine inédite du savoir-faire d'un chantier qui a décidément bien étoffé ses possibilités de diversification. Le navire de voyage (© : PIERRE JACQUES - KUBIS DESIGN) Le navire de voyage (© : PIERRE JACQUES - KUBIS DESIGN) Un navire inspiré des thoniers Il plane encore un peu de mystère sur ce navire de voyage. On ne sait ni le nom de son propriétaire ni le coût du navire. En revanche, on sait que sa construction démarrera à l'automne au chantier de Concarneau et qu'il naviguera sous un pavillon européen. Et on sait, surtout, à quoi il va ressembler, avec un design original inspiré des derniers grands navires de pêche réalisés par Piriou. « Le succès de notre dernière génération de thoniers diesel-électrique et l'élégance de leur design a attiré l'attention de notre client », explique Pascal Piriou. Le navire de voyage, et ses allures de bateau de travail nouvelle génération, a été entièrement conçu par Piriou Ingénierie, assisté par le cabinet Pierre Jacques Kubis Naval Design. 18 mois de travail et d'échanges intensifs avec l'équipe technique du client, avec pour objectif de répondre à un cahier des charges très précis, caractérisé par un très haut niveau de confort, de technicité et un bel aspect extérieur. Le navire de voyage (© : PIERRE JACQUES - KUBIS DESIGN) Un concentré de technologie et d'écologie Une coque en acier et en alu de 76 mètres de long, classé ICE-C pour pouvoir s'aventurer dans les glaces. Une propulsion diesel électrique avec six groupes électrogènes, deux pods de 1500 kW, un pump jet de 600 kW pour la navigation dans les eaux peu profondes, une autonomie de 12.000 milles et une vitesse de croisière de 11 noeuds. Un ensemble de stabilisation avec quatre ailerons et un système de positionnement dynamique. Une possibilité d'accueil sur l'arrière de quatre embarcations (une annexe habitable de 11m, deux semi-rigides de 7.50m, une barge de débarquement en aluminium) ainsi qu'un hydravion mis à l'eau via une grue télescopique...Un concentré de technologie qui devrait permettre au navire de croiser à peu près partout, notamment dans les endroits écologiquement sensibles. Le navire, classé « Cleanship », est en effet équipé de différents systèmes de traitement, d'épuration et de stockage des eaux usées, l'autorisant à rester une dizaine de jours dans des zones dites « zéro rejet ». Il dispose également d'un filtre pour les particules des gaz d'échappement, évitant la pollution par les suies. Le navire de voyage (© : PIERRE JACQUES - KUBIS DESIGN) Deux millions d'investissement pour le site de Concarneau Ce nouveau projet ouvre un nouveau marché à Piriou, celui des grands navires à passagers. Et le groupe va mettre les moyens pour le construire. En effet, 2 millions d'euros vont être investis sur le site concarnois : ponton dédié, rehausse du bâtiment principal... En tout, 500.000 heures de travail, répartis sur 36 mois, et 200 emplois équivalent temps plein seront nécessaires à sa réalisation du navire. « C'est deux fois ce que représente la construction d'un thonier de 90 mètres, comme le Franche Terre (livré à la SAPMER en 2009, ndlr) », précise Pascal Piriou. Un beau pari pour un beau navire. Une nouvelle ère pour les chantiers Piriou s'ouvre. Le navire de voyage (© : PIERRE JACQUES - KUBIS DESIGN)

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Chantier Piriou