Aller au contenu principal

Une troisième forme de construction géante et plusieurs nouveaux quais d’armement à flot : si le besoin se fait sentir dans les années qui viennent, les Chantiers de l’Atlantique se tiennent prêts à pouvoir accroitre significativement leurs capacités de production, a appris Mer et Marine.

Après avoir retrouvé un niveau d’activité historiquement élevé, le constructeur nazairien travaille pour décrocher des commandes supplémentaires et, ainsi, consolider son plan de charge jusqu’à la fin de la prochaine décennie, voire même au-delà pour certains projets. A ce stade, le carnet de commandes de l’entreprise comprend 11 paquebots (deux Oasis, trois Meraviglia +, quatre Edge et deux World Class) livrables entre 2019 et 2024, quatre bâtiments ravitailleurs de forces (BRF) que la Marine nationale réceptionnera entre 2023 et 2029, ainsi qu’une sous-station électrique de 480 MW livrable en 2021 à EDF pour le futur champ éolien offshore de Guérande. S’y ajoute des options, dont deux World Class supplémentaires pour 2025 et 2026, ou encore un Oasis de plus pour 2026.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique