Aller au contenu principal

Sans grande surprise, le portique Krupp de STX France ne connaîtra pas de seconde vie. Trop ancien, puisque datant de 1967, l’engin n’a trouvé aucun repreneur et va donc être déconstruit. L’opération ne se déroulera toutefois pas avant plusieurs mois puisque, malgré la mise en service de son successeur au printemps dernier, le Krupp est toujours actif. En complément du TGP (Très Grand Portique), STX France l’emploie pour l’assemblage du paquebot géant Oasis 3 (A34), qui va rejoindre la forme B, dite « forme profonde », dans les prochains jours. Une fois ce transfert réalisé, le vieux portique sera le seul à pouvoir travailler sur la partie arrière du navire, long de 362 mètres. Le TGP ne peut en effet accéder au bout de la forme de construction jusqu'à ce que son aîné ne s’y trouve plus. C’est pourquoi STX France a, dans son schéma industriel, prévu des blocs moins lourds pour la partie arrière de l’Oasis 3, afin que le Krupp puisse être affecté à son montage. Sa capacité de levage, de 750 tonnes, est il faut le rappeler bien moindre que celle du TGP, qui atteint 1400 tonnes.

 

93586 stx france
© STX FRANCE - BERNARD BIGER

L'ancien et le nouveau portique (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

La déconstruction de l’ancien portique débutera après la mise à l’eau du paquebot, prévue au mois de juin. L’opération, confiée à une société extérieure, devrait débuter au cours de l’été. A l’instar de ce qui a été fait pour le TGP, le démontage devrait être réalisé via des tours équipées de câbles permettant de soutenir et poser la poutre et les pieds du portique. Son démantèlement devrait permettre de recycler environ 3000 tonnes d’acier. 

 

93604 stx france
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Le portique Krupp porte encore l'ancien logo d'Alstom (© MER ET MARINE - VG)

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique