Aller au contenu principal

Administrations, services de secours et autres professionnels… Zeppelin lance une nouvelle gamme de semi-rigides à coque aluminium de 7 à 9 mètres. Une nouveauté pour le constructeur français, dont l’usine du Lude, dans la Sarthe, emploie 25 personnes et produit une centaine de bateaux par an. « Nous fabriquons des semi-rigides depuis 40 ans, avec des bateaux en polyester jusqu’à 7.5 mètres. Aujourd’hui, nous élargissons notre offre pour les professionnels avec une nouvelle gamme en aluminium, dont prototype de 9 mètres va être testé cet été », explique à Mer et Marine François Penlae, directeur de Zeppelin.

En équipe avec Pierre Delion et Alumarine

Ce projet est mené en collaboration avec le chantier Alumarine, une filiale du groupe Grand Large spécialisée dans les bateaux en aluminium, ainsi que le cabinet d’architecture Pierre Delion, concepteur de la plateforme. Un trio qui, en fait, a décidé de capitaliser sur les travaux réalisés quand il était en compétition pour la future flotte de sauvetage de la SNSM, marché finalement attribué à Couach en 2019. « Nous avions mené ce projet ensemble avec Grand Large et Pierre Delion. L’idée a été de reconstituer l’équipe pour concrétiser le travail de fond que nous avions fait sur la future flotte SNSM, notamment le semi-rigide qui nécessite un important savoir-faire architectural car ces bateaux ont une grosse sensibilité au centre de gravité. On ne voulait pas en rester là car nous croyons dans le projet qui a été développé et nous allons le démontrer en le fabriquant et en le faisant tester aux professionnels ».

 

254490 zeppelin 9 metres
© ARCHI DELION

L'un des nouveaux modèles de 9 mètres à coque alu (© : ARCHI DELION)

 

Essais prévus mi-juillet

La coque en aluminium du prototype du XV PRO 900, qui a été retournée hier au chantier Alumarine de Couëron, près de Nantes, va maintenant être équipée par Zeppelin, qui assure la maîtrise d’œuvre du projet : « Nous allons assurer sur place l’intégration, avec la mise en place des équipements, par exemple les sièges suspendus, et bien sûr les flotteurs que nous fabriquons intégralement au Lude. Nous sommes d’ailleurs un des derniers fabricants français à avoir le savoir-faire sur le néoprène-hypalon qui constitue le matériau de base des flotteurs professionnels ». Les essais du bateau sont prévus autour de la mi-juillet.

 

254498 zeppelin 9 metres alumarine
© ALUMARINE SHIPYARD

La coque du prototype après son retournement hier (© : ALUMARINE SHIPYARD)

254499 zeppelin 9 metres alumarine
© ALUMARINE SHIPYARD

La coque du prototype après son retournement hier (© : ALUMARINE SHIPYARD)

254500 zeppelin 9 metres alumarine
© ALUMARINE SHIPYARD

La coque du prototype après son retournement hier (© : ALUMARINE SHIPYARD)

 

Dans le sillage d’un premier modèle de 7 mètres

Ce nouveau semi-rigide capitalise aussi sur un premier modèle Zeppelin de 7 mètres à coque aluminium (le XV ALU 698) déjà conçu par Delion et livré à une douzaine d’exemplaires depuis 2018, en majorité à des stations de la SNSM. « C’est un modèle qui plait et correspond à cet usage. Pour le 9 mètres, nous voulions garder la même philosophie, avec un semi-rigide confortable et marin, conçu pour très bien passer la mer ». Bref, du robuste et du tout temps.

 

254485 zeppelin 7 metres snsm
© ZEPPELIN

Un modèle alu de 7 mètres, le XV ALU 698, réalisé pour la SNSM (© : ZEPPELIN)

254486 zeppelin 7 metres snsm
© ARCHI DELION

Un modèle alu de 7.5 mètres réalisé pour la SNSM (© : ARCHI DELION)

 

Complétant le 7 mètres, la nouvelle unité aura une longueur de coque de 9 mètres (9.4 hors tout avec les flotteurs) pour 3.36 mètres de large et un poids d’environ 5.5 tonnes à pleine charge (3.5 tonnes lège). Doté d’une propulsion hors-bord avec deux moteurs de 300 cv (des Mercury sur le prototype), ce semi-rigide pourra atteindre une quarantaine de nœuds avec quatre personnes à bord et le matériel standard. Ce modèle pourra accueillir jusqu’à 14 personnes. « Nous avons beaucoup travaillé sur l’ergonomie car sur un semi-rigide, on est toujours à court de place alors qu’il y a de plus en plus d’équipements, notamment électroniques, un domaine pour lequel nous travaillons avec Robin Marine. Au-delà des équipements, on s’est aussi attaché à faciliter et sécuriser le travail de l’équipage. Nous proposons par exemple le bateau, selon les usages, avec une cabine fermée, semi-fermée ou semi-ouverte, des sièges jockey, une protection sur l’avant et un accès latéral. Côté propulsion, il est possible d’opter pour des moteurs de 250 cv, tout dépend des performances attendues par les clients même si pour des raisons de confort et de navigation, on pense que cela s’orientera plutôt vers le 300 cv ».

Les avantages de l’alu

Quant au choix de lancer une gamme alu, il ne découle pas simplement du fait que ce matériau est beaucoup plus facile à recycler que le composite, ce qui est un atout sur le plan environnemental à une époque où cet aspect compte de plus en plus pour la clientèle. Pour François Penlae : « L’aluminium offre aussi de vrais avantages techniques. Il permet en particulier de proposer une gamme évolutive en déclinant aisément un modèle de base sur lequel on ne modifie pas les fondamentaux. Alors que le composite nécessite des moules, c’est beaucoup plus simple avec l’alu et on peut donc adapter la plage arrière, par exemple avec des coffres, des armoires, des viviers ou d’autres équipements afin de répondre au plus près à l’usage des professionnels. Et puis l’alu permet aussi de souder des profils le long de la coque, donc d’endrailler facilement le flotteur. On glisse directement dans le rail le flotteur qui est fixé à l’extrémité par boulonnage et non par collage, ce qui facilite énormément le démontage et le remontage du flotteur en cas de besoin ».   

 

254493 zeppelin 9 metres
© ARCHI DELION

Modèles de 9 mètres à coque alu avec cabine (© : ARCHI DELION)

 

Les marchés visés par le 9 mètres

Et puis, souligne le directeur de Zeppelin, se lancer dans l’aluminium c’est aussi répondre à une demande : « plus on monte en taille, plus les gens sont habitués à avoir des bateaux en alu. Par conséquent, passer sur un semi-rigide à coque alu fait sens pour eux, ça ne change pas les habitudes qu’ils ont avec des unités plus grosses ». Le constructeur et ses partenaires visent trois marchés principaux avec trois modèles de base : Avec poste de pilotage ouvert ou en cabine semi-fermée, le « Rescue » est un semi-rigide plutôt destiné à des administrations telles les services de secours comme les pompiers, les parcs naturels ou les services scientifiques. Le modèle « Patrol »,  avec cabine fermée, est quant à lui plus dédié aux missions de patrouille, pour des services comme les Affaires maritimes, la surveillance portuaire ou encore la Gendarmerie, sachant qu’il est possible structurellement d’intégrer une sellette pour un armement. Enfin, un troisième modèle est à l’étude, plus orienté vers le marché touristique.  

 

Diaporama orphelin : container

 

254497 zeppelin 9 metres
© ARCHI DELION

Plan de pont du modèle de 9 mètres avec cabine fermée (© : ARCHI DELION)

 

Sélectionné par l’UGAP

Avec sa nouvelle gamme, Zeppelin entend notamment signer son grand retour sur le marché des services publics, d’autant que l’entreprise sarthoise a été sélectionnée par l’Union des Groupements d’Achats Publics (UGAP), centrale d’achat de l’Etat qui permet de faciliter les acquisitions d'équipements des administrations et collectivités auprès des entreprises, en particulier les PME. « C’est un vrai atout. Il y a une dizaine d’années, nous réalisions beaucoup de bateaux pour les administrations et l’armée. Aujourd’hui, nous revenons notamment avec le modèle de 9 mètres en alu et j’espère que nous allons revenir très fort. Globalement, nous avons maintenant une gamme de neuf modèles en division 222 principalement destinés aux professionnels et aux passionnés. Et, si nous travaillons surtout sur le marché français, on commence à se développer plus loin, notamment grâce aux nouveaux modèles en aluminium ».

L’objectif de l’entreprise est de produire, la première année, 4 à 8 unités alu de 9 mètres, avec l’espoir de monter ensuite en puissance. Les bateaux pourront être intégrés au chantier produisant les coques, ou bien celles-ci rejoindront Le Lude pour être équipées dans l’usine Zeppelin.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Alumarine Shipyard