Aller au contenu principal

A la veille du sommet franco-italien, où le Président E.Macron doit annoncer un probable accord avec son homologue italien sur la reprise des chantiers STX, quelques indiscrétions laisseraient entendre que Fincantieri serait finalement majoritaire !

Alors que les discussions achoppaient sur ce sujet, ce qui a poussé l'Etat à faire valoir son droit de préemption fin juillet, nous voici revenu deux mois en arrière ! Mais cette fois dans une position beaucoup moins intéressante, semble-t-il...

La CFDT avait alors appelé à ce qu'il y ait une répartition à égalité entre l'Italie et la France, avec de notre côté, une participation que nous avions qualifiée de "citoyenne" c’est-à-dire comprenant les salariés et les entreprises locales, parce que notre entreprise est "ancrée" dans notre territoire qui a son mot à dire.

Car même si, comme l'a laissé entendre le patron de Fincantieri, nous n'avions pas forcément "besoin" l'un de l'autre, nous comptions, nous CFDT, plus sur "l'envie" commune de mettre sur pied, ensemble, une construction navale européenne, tant dans le civil que le militaire.

Aujourd'hui, avec cette probable annonce, nous craignons surtout d'avoir été une "monnaie d'échange" dans des discussions qui vont bien au-delà de notre chantier, parce que d'autres intérêts sont en jeu. Quelles sont donc les contreparties à cet abandon de "souveraineté" sur notre chantier ?

En attendant de connaitre, demain soir et en détail, le contenu de cet accord, la CFDT espère qu'à minima, les garanties que nous avions demandées et obtenues lors des premières négociations avec le gouvernement précédent seront toujours présentes, voire renforcées.

Des garanties concernant l'emploi et le maintien de compétences clés, l'assurance que la charge de travail restera à Saint-Nazaire, la protection de nos savoir-faire, les investissements, la diversification...

Car ce sont, effectivement, notre savoir-faire et nos emplois qui sont en jeu et nous les défendrons !!!

Communiqué de la CFDT de STX France, 26/09/17

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale