Aller au contenu principal

Le chantier STX de Lorient a procédé, hier, à la découpe de la première tôle du navire à passagers commandé par la communauté d'agglomération de Lorient pour assurer des liaisons maritimes dans la rade. La particularité de ce bateau est qu'il ne génèrera aucune émission de CO2. Equipé d'une propulsion électrique de nouvelle génération, ce navire, conçu en coopération avec Stirling Design International (SDI), architecte naval et designer du projet, est une première mondiale. Issue du programme de recherche et développement ECORIZON lancé en 2007 par STX, le bateau, doté d'une coque catamaran, est, en effet, pourvu d'un système de stockage d'énergie électrique composé de super-condensateurs. Grâce à cette solution innovante, brevetée par STX France, le bateau stocke une énergie propre (sans émission de CO2, de SOx et de NOx) en quantité strictement nécessaire à sa rotation, et peut recharger sur le temps d'une escale. « A la différence des batteries, les condensateurs sont fabriqués en aluminium, un métal facilement recyclable. Grâce à leur recharge rapide (quelques minutes), ils permettent également d'assurer les 14 heures de service alors que la recharge des batteries traditionnelles nécessite l'arrêt du bateau durant plusieurs heures en cours de journée. Le bateau sera tout de même doté de groupes électrogènes de secours », explique STX France. Livrable à l'été 2012, le catamaran commandé par Cap l'Orient mesurera 22.1 mètres de long pour 7.2 mètres de large. Affichant un tirant d'eau de 1.5 mètres, il sera doté de deux propulseurs azimutaux et pourra naviguer à 10 noeuds. La navette pourra accueillir 113 personnes, dont 3 à mobilité réduite, ainsi que 10 vélos.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique