Aller au contenu principal

Les jalons industriels se suivent à un rythme soutenu aux chantiers de Saint-Nazaire qui, compte tenu de leur carnet de commandes ultra-rempli, voient actuellement s’enchainer les étapes marquantes de différents projets, notamment dans le domaine des énergies marines. Alors que le topside de la sous-station électrique Q34, destinée au champ éolien offshore belge Rentel, sera inaugurée demain, le grand portique de STX France a procédé hier à la pose de la partie supérieure d’une fondation de type jacket. Cette structure métallique en treillis, haute d’une soixantaine de mètres et d’un poids d’environ 1500 tonnes, supportera l’énorme topside (4000 tonnes) du P34, sous-station du futur parc allemand Arkona. Alors que le topside du Q34 doit quitter l’estuaire de la Loire dans les jours qui viennent, les deux éléments du P34 seront livrés par les chantiers nazairiens au printemps.

 

180361 p34 jacket stx
© MER ET MARINE

Pose de la partie supérieure du jacket du P34 hier à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

180357 p34 jacket stx
© MER ET MARINE

Pose de la partie supérieure du jacket du P34 hier à Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

171439 p34 sous station arkona stx
© STX FRANCE

La future sous-station P34 (© STX FRANCE)

 

On notera que le jacket du P34 est la troisième structure de ce type réalisée par STX France, après en 2011 la fondation du prototype de l'éolienne offshore Haliade 150, machine désormais produite en série par l'usine GE (ex-Alstom) de Montoir-de-Bretagne, puis celle de la sous-station P33 livrée à l’été 2015 à l’énergéticien danois Dong pour équiper le champ britannique Westermost Rough. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique