Aller au contenu principal

STX Offshore «& Shipbuilding a indiqué hier qu’il cherchait à ouvrir le capital de son grand chantier naval de Dalian, en Chine. Déficitaire de plus de 500 millions d’euros l’an dernier et accusant une dette supérieure à 8 milliards d’euros, le groupe sud-coréen négocie avec les banques pour restructurer sa dette et cherche à renflouer sa trésorerie. Après avoir cédé un certain nombre d’actifs, notamment ses parts dans STX OSV (devenu Vard) à l’Italien Fincantieri, STX pourrait donc décider de vendre tout ou partie de Dalian, présenté comme le plus grand chantier naval du monde. Il s’agit de l’un des fleurons du groupe, qui a consenti des investissements considérables pour créer ce nouveau site, ouvert en 2008. Toutefois, comme pour la prise de contrôle du Norvégien Aker Yards la même année, cette opération extrêmement coûteuse est tombée au pire moment, juste avant le début de la crise économique et l’effondrement des commandes de navires. Disposant de plusieurs unités d'assemblage dotées de portiques, ainsi que de 5 kilomètres de quai, Dalian à une capacité de production de tôles d’un million de tonnes par an. Alors qu’un investissement des Chinois est évoqué dans le cadre de l’ouverture du capital du chantier, la nouvelle a provoqué dans la soirée un rebond de l’action STX à la bourse de Séoul, où le titre a gagné 7.8%.

 

 

Le chantier de Dalian (© : STX OFFSHORE & SHIPBUILDING)

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale
Dossiers
Meyer Turku (ex-STX FINLAND)