Aller au contenu principal

Trois motoristes japonais, Kawasaki Heavy Industries, Yanmar Power Technology, et Japan Engine Corporation, ont annoncé jeudi 6 mai qu’ils avaient décidé de former un consortium pour développer des moteurs à hydrogène. Ces trois groupes veulent ainsi se positionner sur ce marché émergent.

Il s’agit aussi bien de développer des moteurs pour navires hauturiers que côtiers. Kawasaki Heavy Industries doit développer des moteurs 4 temps semi-rapides, Yanmar Power Technology se pencher sur les moteurs 4 temps rapides et semi-rapides et Japan Engine Corporation sur les moteurs lents à 2 temps. Ainsi, la gamme de ces motoristes doit pouvoir équiper de nombreux navires.

Ils doivent partager expériences et analyses sur la combustion de l’hydrogène, matériaux et techniques d’étanchéité, ainsi que sur les exigences des sociétés de classification. L’objectif étant de mettre sur le marché des moteurs à hyrdogène d’ici 2025. Le consortium doit aussi développer des cuves et le système d’approvisionnement pour l’hydrogène.

Carburant alternatif n’émettant pas de CO2 lors de sa combustion, l’hydrogène suscite un certain engouement pour décarboner le transport maritime. Il présente cependant des contraintes fortes, comme son faible rendement énergétique qui entraîne des problèmes de volume de stockage à bord et la nécessité de maintenir les cuves à -235°C.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale