Divers
100 Photos de Reza pour la liberté de la presse

Actualité

100 Photos de Reza pour la liberté de la presse

Divers

Au moment où les journalistes, y compris en France, font parfois l'objet de pressions dignes d'un autre âge, Reporters Sans Frontière publie son recueil annuel de photos, ouvrage destiné à soutenir la liberté de la presse dans le monde. Cette année, 100 photographies de Reza sont à découvrir dans ce très bel ouvrage. Parcourant le monde depuis 30 ans, Reza est, pour reprendre les mots d'Alain Mingam, un véritable « pèlerin de l'authenticité ». Il sait capter les regards et la mémoire des pays traversés, les « pépites de la vie » de Kaboul au Soudan, du Caire à Bagdad. Photographe reconnu par ses pairs et maintenant connu du grand public, Reza a couvert tous les conflits, la générosité et l'humilité en bandoulière.
Collaborateur du prestigieux National Geographic, il est aussi le fondateur d'AINA, une association d'entraide et de formation pour les professionnels des médias qui a débuté en Afghanistan et qui se développe dans d'autres pays aujourd'hui. Né à Tabriz, en Iran, il a passé trois années en prison, arrêté par la Savak, la police politique du Shah.

« Adepte de la sobriété dans les cadrages, sous la double influence des icônes de son enfance et des natures mortes peintes par sa soeur, Reza appartient à la grande tradition de la photographie humaniste. Une leçon de solidarité et un acte de foi en l'homme dont il témoigne encore aujourd'hui en offrant 100 de ses photos à Reporters sans frontières, nous permettant ainsi de poursuivre le combat contre les ennemis de la liberté d'expression », souligne RSF.

Alors que plus d'un tiers de la population mondiale vit dans un pays où il n'existe aucune liberté de la presse, Reporters sans frontières oeuvre au quotidien pour que l'information reprenne ses droits.
Au cours des cinq dernières années, près de 340 professionnels des médias ont perdu la vie alors qu'ils travaillaient pour nous informer. Actuellement, plus de 130 journalistes sont emprisonnés dans le monde pour avoir simplement voulu exercer leur métier.

A Cuba, en Erythrée ou en Chine, un journaliste peut passer plusieurs années en prison pour un mot ou une photo. Parce que emprisonner ou tuer un journaliste, c'est éliminer un témoin essentiel et menacer le droit de chacun à l'information, Reporters sans frontières mène son combat avec acharnement depuis plus de 20 ans.
La France n'est certes pas une dictature mais cela n'empêche pas Reporters Sans Frontières de s'inquiéter de certaines pratiques. RSF qualifie, notamment, d'« intolérable » l'interpellation musclée, vendredi dernier, de l'ex-directeur de la publication du journal Libération, affaire qui a vivement ému le monde de la presse. L'association a rappelé, à cette occasion, que la France détenait « le triste record européen du nombre de convocations judiciaires, mises en examen et placements en garde à vue de journalistes ».