Marine Marchande
1000 tonnes de bois à la dérive dans le rail d'Ouessant

Actualité

1000 tonnes de bois à la dérive dans le rail d'Ouessant

Marine Marchande

La navigation dans le dispositif de séparation du trafic (DST) au large du Finistère a été rendue délicate ce week-end. Un vraquier battant pavillon maltais a en effet perdu samedi une partie de sa cargaison de bois suite à une avarie de propulsion. Le Black Pearl a signalé sa situation au CROSS Corsen à 8 heures du matin, alors qu’il traversait le rail d’Ouessant dans le sens descendant. La cargaison, déséquilibrée, faisait gîter dangereusement le navire. Dès l’alerte donnée, la préfecture maritime de l’Atlantique a dépêché l’Abeille Bourbon, sortie vendredi de réparations (*), et le navire anti-pollution Argonaute. A leur arrivée, le pont du cargo, qui avait pris une gîte de 35°, était balayé par les vagues. Une équipe de la Marine nationale est montée à bord pour coordonner les opérations de sauvetage.

35 degrés de gîte et 2000 m3 de bois par dessus bord

Après avoir dégagé le pont des planches de bois et évacué l’eau grâce aux pompes, le Black Pearl s’est finalement redressé. Il a alors été pris en remorque par l’Abeille Bourbon et conduit vers Brest où il est arrivé hier matin. Pendant ce temps, l’Argonaute restait sur zone pour briser les tas de bois à la dérive (ensembles hautement dangereux de 10 mètres de long sur 4 mètres de large) afin d’éviter toute collision avec un autre navire. En tout, 1000 tonnes de bois sont passées par-dessus bord, soit un volume de 2000 m3. La Préfecture maritime de l’Atlantique a bien évidemment appelé les navires croisant dans le secteur à la plus grande vigilance (entre 100 et 150 bateaux traversent chaque jour le rail d’Ouessant). Le "Black Pearl", qui venait de Finlande, faisait route vers le port algérien d’Oran lorsqu’il est tombé en panne de moteur. En mars dernier, son armateur avait été condamné à verser 270.000 euros pour pollution volontaire. Amende suite à la prise en flagrant délit au large de l'Ile d'Yeu du vraquier Silver Pearl, en août 2004.

(*) Voir notre article du 2 novembre sur l'arrêt technique de l'Abeille Bourbon

Sauvetage et services maritimes