Défense
300 nouveaux micro-drones ANAFI-Parrot pour les armées françaises

Fil info

300 nouveaux micro-drones ANAFI-Parrot pour les armées françaises

Défense

La Direction Générale de l’Armement a passé commande à la société Parrot de 300 micro-drones au travers d’un marché qui permettra de passer d’autres commandes similaires pendant une période de cinq ans. Ces micro-drones équiperont des unités de la Marine nationale, de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air, avec de premières livraisons attendues en juin.

Ces micro-drones équiperont les trois armées et seront destinés à des missions de reconnaissance et de renseignement. Les premières livraisons sont attendues en juin prochain

L’équipement en systèmes de micro-drones collectifs répond à un besoin opérationnel des trois armées, aussi bien pour les forces conventionnelles que pour les forces spéciales. Ces systèmes seront en dotation dans de nombreuses unités, et constitueront des outils supplémentaires dans le paquetage des troupes déployées en opérations, à bord des bâtiments de la Marine nationale, ou pour la protection des sites militaires.

Le micro-drone issu de la famille ANAFI, spécialement adapté pour répondre aux besoins militaires, est un quadricoptère de moins de 500 grammes. Il dispose de capacités d’observation de jour comme de nuit, et d’une autonomie d’une trentaine de minutes de vol. En mesure de détecter des cibles de taille humaine avec une grande précision jusqu’à deux kilomètres de distance, particulièrement discret et même inaudible à plus de 130 mètres, il peut être mis en œuvre en moins d’une minute. À la différence des autres drones déjà en dotation dans les forces, ce micro-drone pourra être utilisé par des opérateurs non-spécialistes après une courte formation. Il répond aux exigences de la DGA en termes de cybersécurité et de sécurisation de la liaison de données. Chaque système comprend deux vecteurs : 150 systèmes sont commandés.

La DGA a choisi la société Parrot dans le cadre d’un appel d’offres européen lancé en février 2020. Le contrat, d’une durée de cinq ans, prévoit la livraison de plusieurs centaines de systèmes de drones et d’équipements complémentaires, la formation de pilotes référents, ainsi que la possibilité de développements adaptatifs. Il est prévu que des commandes soient passées chaque année, le retour d’expérience acquis d’ici fin 2021 permettant ensuite de préciser la cible des commandes et les cadences de livraison. 

Au terme des cinq ans de l’accord cadre, la répartition visée est a priori de 60 % pour l’armée de Terre, 28 % pour la Marine nationale et 12 % pour l’armée de l’Air et de l’Espace.

Source : DGA