Marine Marchande
 38 navires de NSB quittent le pavillon allemand

Actualité

38 navires de NSB quittent le pavillon allemand

Marine Marchande

Très gros coup dur pour le pavillon allemand. NSB (Niederelbe Schifffahrtsgesellschaft), qui arme actuellement 42 porte-conteneurs sous les couleurs germaniques, a annoncé le dépavillonnement de 38 d’entre eux. La société, basée à Buxtehude, opère des navires affrétés par les plus grands groupes mondiaux, comme CMA CGM ou MSC, et construits grâce au Kommandit Gesellschaft (KG - dispositif de financement allemand).

486 marins allemands et européens vont être licenciés d’ici 2017 : les navires vont être dépavillonnés par trois tous les deux mois. En juin dernier, la direction de NSB avait averti de sa situation et prévenu de son intention de dépavillonner en raison des surcoûts liés au pavillon allemand, qu’elle estime à 365.000 euros par an pour un porte-conteneurs de 8.000 EVP (équivalent vingt pieds). Des négociations avaient immédiatement été menées avec le syndicat ver.di ainsi que l’administration allemande. Elles n’ont pu aboutir dans un contexte difficile, qui voit tous les grands armements rationaliser fortement leurs coûts.

La crise du pavillon allemand

« Nous regrettons que, malgré la forte implication des syndicats et des politiques, nous n’ayons pu faire progresser le pavillon allemand à un niveau qui permettrait de maintenir, à long-terme, des équipages européens et permettrait de conserver le savoir-faire maritime en Allemagne. Malheureusement, l’Allemagne n’offre désormais plus de perspectives à des marins allemands ou européens », a conclu Lutz Weber, le directeur financier de NSB.

NSB était jusqu’ici le premier « pourvoyeur » du pavillon allemand. Ce dernier marque le pas depuis plusieurs années. En 2012, il comptait encore 448 navires ; ils ne sont plus que 387 en 2014. Et ce alors que la flotte contrôlée par des intérêts allemands s’élève à 3296 unités.

Les autorités allemandes sont conscientes du problème depuis longtemps. Uwe Beckmeyer, ministre de l’Economie, dans un entretien au quotidien Weser Kurier, avait déjà souligné la nécessité de faire évoluer le pavillon. L’association des armateurs allemands vient de faire des propositions – notamment d’ordre fiscal et sur la modification de la composition des équipages – alors que le ministère fédéral des Transports a mis en place un groupe de travail. Les premiers résultats devraient émerger début 2015.

Divers marine marchande