Défense
420 millions d'euros pour renouveler les torpilles lourdes de la marine

Actualité

420 millions d'euros pour renouveler les torpilles lourdes de la marine

Défense

La Délégation Générale pour l'Armement (DGA) a notifié hier à DCNS la commande de 100 torpilles lourdes de nouvelle génération pour un montant de 420 millions d'euros. La Future Torpille Lourde (FTL), dérivée de la Black Shark vendue à l'export, équipera les sous-marins français à partir de 2015. « Ce contrat inclut l'intégration des torpilles aux sous-marins ainsi qu'une première phase de maintien en condition opérationnelle et d'entraînement des forces d'une durée de 6 ans », précise la DGA. La FTL, qui remplacera l'actuelle F17 Mod2, constituera un armement d'autodéfense pour les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de la force océanique stratégique et un armement défensif et offensif pour les sous-marins nucléaires d'attaque (SNA). Elle sera produite conjointement par DCNS et la société italienne WASS, sous la maîtrise d'oeuvre de DCNS qui assurera son intégration sous les sous-marins. « Le choix de cette torpille garantit le maintien d'une protection élevée de nos SNLE. Ce contrat participe à la crédibilité de notre force de dissuasion. », souligne Hervé Morin, ministre de la Défense. Les FTL viendront s'ajouter aux MU90, dont les premiers lots sont récemment entrés en service dans la marine. Les nouvelles torpilles légères équipent, ou équiperont, les frégates, hélicoptères anti-sous-marins et avions de patrouille maritime.

 La FTL sera dérivée de la Black Shark (© : DCNS)
La FTL sera dérivée de la Black Shark (© : DCNS)

La notification du contrat avait été retardée ces dernières semaines par des problèmes administratifs liés à la restructuration de l'activité torpille chez DCNS, Thales et WASS, filiale de Finmeccanica. En décembre dernier, les trois industriels avaient annoncé leur décision de fusionner leurs activités de systèmes d'armes sous-marines. Le schéma porte sur la création de trois sociétés communes. L'une sera en charge de l'ingénierie, de la conception et du développement, ainsi que des activités de marketing & vente et la gestion des projets (51 % Finmeccanica et 49 % DCNS). La seconde en charge de la fabrication des torpilles lourdes et légères, des activités de support, ainsi que de l'ingénierie, des essais et de la fabrication de la tranche énergie (51 % DCNS et 49 % Finmeccanica). Enfin, la troisième joint venture englobera les activités de conception, développement, fabrication et support des têtes acoustiques, ainsi que l'activité sonar réservée aux clients italiens. Elle sera détenue à 51 % par Thales et à 49 % par Finmeccanica.

 La FTL sera mise en oeuvre par les Barracuda (© : DCNS)
La FTL sera mise en oeuvre par les Barracuda (© : DCNS)

Naval Group | Actualité industrie navale de défense