Construction Navale
54 ans après sa sortie des chantiers nazairiens, le Sitala part à la casse

Actualité

54 ans après sa sortie des chantiers nazairiens, le Sitala part à la casse

Construction Navale

Les anciens se souviendront de ce pétrolier livré début 1961 à Shell par les chantiers de Saint-Nazaire. Malgré ses 54 ans, le Sitila n’a été que récemment envoyé à la démolition. L’association Robin des Bois révèle, dans son bulletin « A la Casse »,  que le navire est en cours de déconstruction sur les plages indiennes d’Alang.

Long de 259 mètres pour une largeur de 35.6 mètres et un port en lourd de 74.000 tonnes, l’ex-Sitala était à sa mise en service le plus grand pétrolier construit en Europe et l’un des cinq plus gros dans le monde. Un record qui sera évincé une quinzaine d’année plus tard par les méga-tankers de la classe Batillus (414 mètres, 550.000 tpl).

D’abord exploité vers le Maghreb, le Proche-Orient et le Moyen-Orient pour ramener du brut vers Rotterdam, Liverpool, Le Havre ou Lavera, le Sitala rejoint en 1976 le golfe du Mexique, où il sert à alléger les pétroliers trop gros pour accéder aux ports américains. Avec son sistership le Sivella, il basé à la Nouvelle-Orléans, où les deux navires déchargent les supertankers de 300.000 tonnes qui ne pouvaient remonter le Mississippi. 

En 1983, le Sitala est désarmé quelques mois à Brest avant de partir pour l’Espagne afin d’être transformé en navire de stockage. Remorqué en novembre de la même année vers le Gabon, il est exploité au terminal Lucina pour le compte de Shell. Le navire y officiera plus de 30 ans avant de finalement partir rejoindre les démolisseurs indiens. 

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire