Marine Marchande
A2V vend son premier navire  de transport rapide à Peschaud

Actualité

A2V vend son premier navire de transport rapide à Peschaud

Marine Marchande

Un joli succès après deux années de recherche et d’essais. La société rochelaise A2V, qui a développé un concept novateur de navire rapide à portance aérodynamique, vient de vendre son premier bateau à la société Péchaud. Cette dernière, fondée en 1956 par Philippe Peschaud, est spécialisée dans la logistique de soutien aux champs pétroliers en mer et à terre. Après le prototype, c’est donc une vedette de transport de personnel destiné au marché afriicain qui va inaugurer ce nouveau type de carène.  Le bateau, actuellement en construction à La Rochelle,  pourrait être le premier d’une série de plusieurs sisterships. A2V indique par ailleurs d’autres possibles débouchés commerciaux, « toujours dans le transport de passagers mais dans des tailles et pour des applications différentes ».

Le concept d'A2V, imaginé en 2012 par des ingénieurs issus de l'Ecole Centrale de Nantes, repose sur le transfert progressif du poids du bateau de l’eau vers l’air grâce au phénomène de portance. Plus le bateau crée sa propre vitesse, plus le phénomène de portance s’amplifie, le soulageant de son poids et lui permettant donc de consommer moins. « La forme des coques doit permettre de fonctionner quelle que soit la vitesse : il doit y avoir un maximum de portance même à vitesse réduite », souligne Lionel Huetz, directeur général d'A2V. L’aérodynamique et l’hydrodynamique doivent se conjuguer et fonctionner ensemble. « Tout en restant un bateau, qui soit compact, simple, fiable et robuste. Sans électronique ou choses compliquées à mettre en œuvre pour l’équipage ». Pour résoudre cette équation, les ingénieurs ont imaginé un modèle reposant sur la stabilité passive. Après les calculs et la simulation, ils ont décidé de construire un prototype de 10.5 mètres pour valider toutes les mesures et présenter le concept aux futurs clients.

 

Le prototype lancé par A2V en 2014 (

Le prototype lancé par A2V en 2014 (© A2V)

(© A2V)

(© A2V)

 

Cette nouvelle façon de naviguer peut, en effet, intéresser différents marchés que l'équipe a identifié et prospecte. Pour l’offshore, l’idée est de proposer des crew boats économiques en mesure de concurrencer non seulement les moyens nautiques actuels, moins rapides et plus gourmands en combustible, mais aussi l’hélicoptère, bien plus onéreux et dont l’emploi se justifierait moins, dans certains cas, grâce à la réduction du différentiel de vitesse entre le trajet par mer et via les airs. A2V se positionne également sur le segment des navires à passagers classiques, avec une capacité allant jusqu’à 100 places. Il y a aussi la grande plaisance, où le nouveau concept pourrait séduire les propriétaires de yachts, toujours très friands de nouveautés et d’équipements aux performances hors normes. Enfin, dans le domaine militaire et paramilitaire, un bâtiment capable d’atteindre 60 nœuds présenterait un atout évident dans de nombreuses opérations, comme la lutte contre le terrorisme, la piraterie et le narcotrafic. Il permettrait d’intercepter des embarcations semi-rigides puissamment motorisées, parfois aussi rapides que celles des commandos et dont la vitesse est bien trop élevée pour des frégates et patrouilleurs traditionnels. Des bâtiments qui, aujourd’hui, sont souvent obligés, pour rattraper et stopper les individus pris en chasse, de recourir à un hélicoptère, quand ils en ont un à bord.

A2V présentera son concept et ses applications cette semaine au salon Navexpo International. 

Voir nos reportages complets sur le concept d'A2V et un embarquement à bord du prototype