Défense
A330 d'Air France : Le Mistral et l'Emeraude attendus sur zone demain

Actualité

A330 d'Air France : Le Mistral et l'Emeraude attendus sur zone demain

Défense

Après avoir embarqué des hélicoptères de l'armée de terre à Abidjan (Côte d'Ivoire), le Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral arrivera demain sur la zone de la catastrophe, à plus de 1100 kilomètres de la ville de Recife. Il rejoindra la frégate de surveillance Ventôse. Arrivée dimanche, cette dernière a déjà récupéré 7 corps et des débris provenant de l'A330 d'Air France. Neuf autres dépouilles, ainsi que de nombreuses pièces, dont la dérive de l'avion, ont été repêchées par la frégate brésilienne Constituicao (en tout 24 corps avaient été retrouvés ce mardi matin). Les corps ont été transférés sur ce bâtiment, qui devrait arriver aujourd'hui à Fernando de Noronha, archipel à partir duquel les secours opèrent. Après de premiers examens, ils seront ensuite transférés à à l'institut médico-légal de Recife.

La dérive de l'A330 (© ARMEE BRESILIENNE)
La dérive de l'A330 (© ARMEE BRESILIENNE)

Le Ventôse sur zone (© MARINE NATIONALE)
Le Ventôse sur zone (© MARINE NATIONALE)

Le BPC Mistral participera aux recherches et aux opérations de récupération des victimes et des pièces de l'Airbus, qui a disparu le 1er juin au cours d'un vol entre Rio et Paris. Demain, également, arrivera sur zone le sous-marin nucléaire d'attaque Emeraude. Grâce à ses sonars, le SNA tentera de capter les signaux normalement émis par les boites noires de l'appareil, qui transportait 228 personnes. L'Etat-major des armées a également mobilisé le bâtiment océanographique Pourquoi Pas ?, dont les robots sous-marins embarqués permettront de récupérer les boites noires si celles-ci sont localisées. Deux remorqueurs du groupe Louis Dreyfus Armateurs, qui vont être équipés de sonars, vont compléter le dispositif.
Enfin, l'aéronautique navale et l'armée de l'air poursuivent leurs rotations dans les airs. Deux avions de patrouille maritime Atlantique 2 , un avion de surveillance maritime Falcon 50M et un avion de détection et de commandement AWACS se relaient tous les jours au dessus de la zone. « Depuis le début des recherches de l'A330 disparu le 1er juin, les moyens aériens militaires ont réalisé environ 170 heures de vol au dessus de la zone de recherche. Chaque équipage d'aéronef assure en moyenne une dizaine d'heures de vol chaque jour, dont un tiers sur les zones de patrouille. Les patrouilles des aéronefs se chevauchent pour maintenir une présence permanente sur les zones de recherche », précise l'EMA.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française