Disp POPIN non abonne!
Vie Portuaire
ABONNÉS

Reportage

Abu Dhabi investit dans ses ports et prépare l’après-pétrole

Vie Portuaire

A Abu Dhabi, il y a des hydrocarbures et il y en aura encore longtemps. Mais, comme tous les territoires riverains du golfe, les dirigeants de l’émirat savent l’importance, sans doute brutalement rappelée par la crise du prix du pétrole, de diversifier et de préparer l’ère post-pétrole. Et pour cela, ils comptent bien profiter de leur positionnement géographique et maritime qui constitue un atout de choix sur les routes Est-Ouest du conteneur, mais également comme destination touristique et de croisière de plus en plus prisée. Sur ce dernier point, Abu Dhabi se démarque d’ailleurs de sa voisine Dubaï en misant sur un tourisme culturel avec notamment l’ouverture du Louvres en novembre dernier ou encore celle du musée Guggenheim prévue cette année.

Pour servir ses ambitions, le gouvernement de l’émirat s'appuie sur Abu Dhabi Ports, un établissement public crée en 2006 avec comme objectif le développement et la gestion opérationnelle de tous les terminaux, à l’exclusion de ceux traitant des hydrocarbures et des infrastructures militaires. Abu Dhabi Ports est également en charge de la zone industrielle Khalifa, jouxtant les terminaux. Et depuis 2006, le développement se fait sur tous les fronts : acquisition de 50% des parts d’Abu Dhabi Terminals en 2008, lancement d’une stratégie maritime en 2010, amélioration des infrastructures du port historique de Zayed en 2011, décision de créer le tout nouveau terminal conteneurs de Khalifa en 2012, inauguration du terminal croisière et du port d’Al Mirfa en 2015…

 

(DROITS RESERVES)

(DROITS RESERVES)

 

Ces deux dernières années, le mouvement s’est encore accéléré avec notamment la signature d’un méga-contrat avec les chinois de Cosco visant à l’expansion du tout nouveau terminal de Khalifa. Cosco amène un investissement de 400 millions de dollars et l’ambition de transformer Khalifa en hub régional, en concurrence directe avec le terminal dubaïote de Jebel Ali, distant de quelques dizaines de kilomètres. Aujourd’hui, le terminal traite 1.5 millions d’EVP par an. Cosco va démarrer ses opérations en septembre prochain, avec un linéaire de quai supplémentaire de 1200 mètres qui devrait ensuite être encore rallongé de 600 mètres, ce qui devrait permettre une augmentation du trafic de 3 à 4 millions d’EVP. Et pour la suite, les patrons d’ADT ne s’en cachent pas : l’objectif est de dépasser les 10 millions d’EVP par an. Autre client de choix, MSC vient d'annoncer son arrivée avec un investissement de plus d'un milliard de dollars et la création de 12 quais supplémentaires.

 

Le terminal conteneurs de Fujaïrah (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le terminal conteneurs de Fujaïrah (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Parallèlement, Abu Dhabi Ports investit ailleurs : il vient par exemple de signer une concession de 30 ans pour l’exploitation du terminal conteneurs de l’émirat voisin de Fujaïrah sur lequel il va beaucoup investir pour le mettre en niveau, tant en termes d’infrastructures que d’équipements. Mais ADP a également investi beaucoup plus loin, dans le port de Kamsar, en Guinée Equatoriale, une des grandes places du trafic de bauxite, où LDA vient de décrocher un important contrat d'opérations portuaires.

La croisière est également au cœur de la stratégie d’Abu Dhabi. Le terminal d’Al Mirfa est devenu le premier de la région à être totalement intégré avec les services aéroportuaires, permettant un embarquement plus rapide des passagers. Cette facilité logistique, combinée aux très gros investissements touristiques - et notamment la création ex-nihilo de la plage de Sir Bani Yas, destinée exclusivement aux croisiéristes, ont positionné très favorablement Abu Dhabi sur les circuits des paquebots. 300.000 passagers y ont ainsi escalé ou embarqué l’an passé et cette destination va pouvoir accueillir des navires parmi les plus gros du monde, comme le futur MSC Bellissima (167.600 GT, 2246 cabines), en cours de construction à Saint-Nazaire et qui sera exploité aux Emirats Arabes Unis durant l'hiver 2019/2020. Il en sera de même, notamment, pour le Costa Diadema (132.500 GT, 1862 cabines). 

 

(DROITS RESERVES)

(DROITS RESERVES)