Science et Environnement
Accord de coopération entre l’Ifremer et DCNS

Actualité

Accord de coopération entre l’Ifremer et DCNS

Science et Environnement

Le groupe naval et l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer ont signé le 7 mars un accord visant à renforcer leur coopération. Il s’agit, pour DCNS et l’Ifremer, de développer conjointement des solutions innovantes répondant aux grands enjeux liés à la mer. Cela, dans les domaines de la connaissance des contraintes du milieu maritime et sous-marin, de la sûreté des équipements et des systèmes, ainsi que de la maîtrise de l’assemblage de technologies mécaniques et électroniques. « Cet accord de coopération est en parfaite cohérence avec les priorités scientifiques et stratégiques de l’Ifremer. Grâce à cette coopération avec DCNS, l'Ifremer renforce davantage ses partenariats avec le monde industriel et contribue à des projets de développement précurseurs dans le monde de la recherche, en France et à l’international », explique François Jacq, président de l’Ifremer. Patrick Boissier, patron de DCNS, estime pour sa part que ce partenariat « va permettre à DCNS d’accélérer ses développements dans la sécurisation et la valorisation des océans en bénéficiant de l’expertise et des technologies de l’Ifremer dans l’exploration de l’environnement marin. Les projets que DCNS va développer conjointement avec l’Ifremer permettront de proposer des solutions innovantes répondant aux besoins de nos clients du naval de défense ou de l’énergie ».

 

 

Patrick Boissier et François Jacq (© DCNS)

Patrick Boissier et François Jacq (© DCNS)

 

 

Trois volets principaux

 

 

L’accord cadre de coopération porte principalement sur trois volets. Le premier à soutenir des coopérations technologiques innovantes comme, par exemple, le développement de navires du futur ou encore de systèmes électriques fonctionnant dans le milieu marin. Le second volet a pour objectif de développer des projets collaboratifs d’exploration pour une  valorisation durable des ressources maritimes. La mer est en effet encore largement inexplorée et riche en matières premières, minéraux et biodiversité. De plus, les océans constituent une source considérable d’énergie renouvelable, qu’elle provienne des vents marins, des mouvements des eaux ou du différentiel de température entre fond et surface. Enfin, le troisième volet vise à faciliter l’accès aux moyens à terre ou en mer des deux partenaires.

 

 

Drones pour sous-marins

 

 

Par ailleurs, un projet technologique sera mis en œuvre dans les années à venir : la réalisation d’essais avec un drone sous-marin de l’Ifremer. Ce projet permettra d’accélérer le développement des systèmes de guidage et d’arrimage de ce type d’engins avec un sous-marin. Qu’ils soient utilisés dans le domaine du naval de défense ou dans l’exploration des fonds marins, les UUV (Unmanned Underwater Vehicle) sont plus que jamais des outils de haute-technologie au service de la connaissance. Connaissance du théâtre d’opérations et renseignement dans le cas militaire, exploration des fonds ou surveillance de l’environnement dans le cas civil. 

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine Naval Group | Actualité industrie navale de défense