Défense
Aéronautique navale : Retrait du service des Nord 262

Actualité

Aéronautique navale : Retrait du service des Nord 262

Défense

Avec plus de quatre mois d'avance sur le planning fixé l'an dernier, la marine a décidé de retirer du service les avions de surveillance maritime et d'instruction Nord 262. Après plus de 40 ans d'activité, un dernier appareil de la flottille 28F a effectué, le 25 février, son dernier vol à partir de la base d'aéronautique navale de Nîmes-Garons. Au nombre de 10, les Nord 262 de la 28F intervenaient notamment dans la lutte contre l'immigration clandestine, le narcotrafic ou la pollution, ainsi qu'en soutien des opérations de sauvetage en mer. Ils servaient aussi à l'entrainement des élèves de l'Ecole du Personnel Volant, implantée à Nîmes. Mécaniciens, détecteurs, navigateurs, radios, ainsi que les jeunes pilotes, passaient à bord de ces machines pour se former. Faute de moyens propres, la marine sous-traitera, à partir de l'été, la formation du personnel volant à la société nîmoise Avdef, qui l'assurera à bord de ses avions civils sur une période de deux ans renouvelables.
Les Nord 262 de la 28F devaient, initialement, être exploités jusqu'en 2011 mais pour des raisons techniques et budgétaires, il fut décidé de les arrêter plus tôt. Au début des années 2000, la marine voulait, en effet, remplacer ces appareils en même temps que les Gardian basés outre-mer (et, à terme, les Falcon 50 M) par un nouvel avion. Mais ce projet, baptisé AVSIMAR (avion de surveillance et d'intervention maritime) et espéré pour 2014, n'a pas été inscrit à la nouvelle loi de programmation militaire. En clair, la marine ne peut guère espérer un successeur avant la fin de la prochaine décennie, à la fois pour les 10 Nord 262, mais aussi pour les 5 Gardian, dont le programme d'entretien s'arrête en 2015.
Une solution intermédiaire devrait consister à verser à la marine les 5 Falcon de la République, appareils de transport des personnages officiels devant être prochainement remplacés. Quelques modifications seront nécessaires, comme par exemple la mise en place d'un système de déploiement de chaînes SAR pour le sauvetage en mer, un radar, une boule FLIR et une capacité de transmission d'images par le réseau satellitaire Inmarsat.

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française