Marine Marchande
Airbus : le Ciudad de Cadiz arrêté au Havre

Actualité

Airbus : le Ciudad de Cadiz arrêté au Havre

Marine Marchande
Vie Portuaire

Conséquence directe de la baisse de production de l’avionneur européen, l’un des rouliers français assurant la logistique maritime d’Airbus vient d’être temporairement arrêté. Il s’agit du Ciudad de Cadiz, qui est arrivé le 11 juin au Havre, où il a été placé en attente.  

 

 

Ce n’est pas la première fois depuis 15 ans qu’Airbus a recours au transport maritime pour convoyer vers ses sites d’assemblage des pièces d’avions réalisées par ses différents sites européens, que des navires sont temporairement à l’arrêt. Pendant ces périodes, Louis Dreyfus Armateurs, qui arme ces bateaux au profit d’Airbus, essaye si possible, en bonne intelligence avec son client, de les employer sur d’autres marchés, par exemple le transport de véhicules. Mais dans le contexte actuel, il n’y a pas beaucoup d’opportunités externes à se mettre sous la dent. Le marché du transport de véhicules a, en particulier, été réduit à sa portion congrue par la crise du Covid-19.

Pour autant, le Ciudad de Cadiz n’est pas désarmé et n’a semble-t-il pas vocation à rester durablement à l’arrêt. Car LDA va sans doute en profiter pour effectuer un roulement au sein de la flotte au fil des arrêts techniques que les navires doivent effectuer dans les mois qui viennent.

Cet arrêt n’est en tous cas pas lié à la fin de la production de l’A380, dont les ultimes pièces produites par Airbus ont été convoyées la semaine dernière jusqu’à Pauillac par un autre roulier, le Ville de Bordeaux. Celui-ci devrait si tout se passe comme prévu faire ses débuts cette année sur la nouvelle ligne transatlantique d’Airbus, qui vise à acheminer des pièces d’A320 vers la nouvelle usine d’assemblage américaine de Mobile, en Alabama. Les premières liaisons entre l’Europe et les Etats-Unis ont débuté en février 2019. Elles sont pour le moment assurées par le Mobile Express (ex- Wedellsborg), un roulier affrété pour lancer ce service.

Pour mémoire, LDA exploite pour le compte d’Airbus cinq navires, soit trois en propriété armés sous pavillon français (Ville de Bordeaux, City of Hamburg et Ciudad de Cadiz) et deux unités affrétées battant pavillon italien. Il s’agit des Mobile Express et Spirit of Montoir (ex-Frijsenborg), respectivement exploités au profit d’Airbus depuis janvier 2019 et septembre 2017.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Airbus | Actualité maritime de l'avionneur européen Louis Dreyfus Armateurs