Marine Marchande
Airseas teste en mer son système Seawing
ABONNÉS

Actualité

Airseas teste en mer son système Seawing

Marine Marchande

Le secteur de la propulsion vélique pour le transport maritime est en pleine ébullition et Airseas n’échappe pas à la règle. La start-up issue de l’incubateur d’Airbus et financée par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) enchaîne les essais sur son système Seawing, et mène désormais une campagne d'essais en mer. Une répétition générale, avant l’installation imminente de ses premières ailes de kite géantes, permettant de réduire la consommation de carburant des gros navires et donc leurs émissions.

Essais dans le Morbihan

Le mois dernier, une aile intermédiaire de 250 m2 n’est pas passée inaperçue sur la presqu’île de Penvins (Sarzeau, Morbihan). Pendant quelques jours, l’entreprise toulousaine a investi un parking pour y mener des tests portant essentiellement sur les phases critiques du décollage et de l’atterrissage pour fiabiliser l’emploi du système en mer. L’étroite bande de terre de l’isthme présentait de bonnes probabilités de trouver du vent, avec une régularité suffisante en altitude. Deux critères importants, auxquels il faut ajouter une autre contrainte : la réglementation aéronautique, l’aile s’élevant à 200 mètres de haut. « Le nombre d’endroits où on peut s’installer est très limité », observe Vincent Bernatets, fondateur et PDG d’Airseas, qui a recours à deux autres terrains en région Occitanie, l’un se situant en bord de mer et le second dans un couloir de vent, entre Toulouse et Castelnaudary.

Campagne en mer

Passant à la vitesse supérieure, le spin-off d’Airbus qui travaille avec le cabinet toulousain LMG Marin France, vient de débuter une campagne d’essais en mer d’un mois. Ils ont lieu dans le golfe du Lion, entre Montpellier et Argelès. Un remorqueur tracte une barge où les équipes d’Airseas disposent de suffisamment de place pour travailler. Ces essais s’approchent des conditions réelles et, en se déplaçant, la barge crée du vent apparent, résultante du vent réel et du vent vitesse.

 

(© AIRSEAS)

(© AIRSEAS)

 

Après quatre ans d’essais et de tests, le prototype de 250 m2 s’approche donc du