Construction Navale
Aker Yards : La CFDT reste vigilante sur les redéploiements et d'éventuelles filialisations

Actualité

Aker Yards : La CFDT reste vigilante sur les redéploiements et d'éventuelles filialisations

Construction Navale

La direction et les syndicats d'Aker Yards France ont discuté, jeudi dernier, des modalités du plan de redéploiement de 240 salariés du chantier naval. Cette mobilité fait suite de l'intégration de l'ex-branche marine d'Alstom à la division Cruise & Ferries du groupe norvégien Aker. L'accord « apporterait, s'il est accepté, des garanties supplémentaires, un calendrier un peu moins précipité que ne le prévoit la loi et un recours possible pour les salariés », indique la CFDT, qui va consulter ses adhérents sur ce projet. Si le syndicat estime « qu'avec ou sans nous, ces mobilités se feront », il entend bien faire valoir sa position. Toutefois : « La situation et les enjeux ne sont pas aussi simples, voire simplistes, que certains voudraient le faire croire et demandent réflexion, analyse, en clair un peu de temps ». Outre la question des 240 postes redéployés, les représentants du personnel craignent des externalisations et filialisations pour certains services, comme les ateliers de Montoir, chargés de la fabrication des cabines de paquebots. La CFDT, qui se dit « plus que réservée » sur cette éventualité, appelle les employés à faire part de leur avis et de leurs inquiétudes. A cet effet, les syndicats organiseront, dans les prochaines semaines, des assemblées de salariés.
Au cours du comité d'entreprise extraordinaire du 7 novembre, la direction d'Aker Yards avait présenté son plan « 1 + 1 = 3 », visant à profiter des synergies entre les sites finlandais et français du groupe. Pour faire face à la montée en charge des chantiers, l'entreprise va recruter 640 personnes d'ici la fin 2008. Dans le même temps, quelques 2000 emplois pourraient être créés sur le bassin de Saint-Nazaire.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)