Construction Navale
Aker Yards : Le gouvernement « en mouvement » sur le dossier coréen

Actualité

Aker Yards : Le gouvernement « en mouvement » sur le dossier coréen

Construction Navale

Les syndicats des ex-Chantiers de l'Atlantique ont été reçus, cette semaine, au ministère de l'Economie et des Finances. L'entrée dans le capital d'Aker Yards du groupe sud-coréen STX Shipbuilding était, bien évidemment, au coeur de cette réunion. Inquiète, comme les autres organisations, des conséquences de cette prise de contrôle, la CFDT semble plutôt satisfaite de sa rencontre avec le conseiller de Christine Lagarde en charge du dossier. « L'échange avec le représentant du ministère a été de qualité, ce dernier partageant le diagnostic fait par les organisations syndicales. Il nous a affirmé que le gouvernement était en mouvement sur ce dossier, que ce soit au niveau européen auprès des pays concernés par ce rachat, mais également sur le territoire auprès de grands groupes français susceptibles de s'engager dans le capital d'Aker Yards ASA », explique la confédération. Depuis l'annonce du rachat de 39.2% d'Aker Yards par STX, le gouvernement et la direction des chantiers ont eu des contacts réguliers. Alors que la Commission européenne doit se prononcer, d'ici le 21 décembre, sur la légalité de l'opération de rachat, les syndicats et les opposants à la mainmise coréenne sur le géant européen de la construction navale tentent d'élaborer une riposte. « Toutes les pistes sont aujourd'hui activées afin de trouver une solution alternative à STX avant la décision finale de la Commission Européenne. La CFDT continue à rechercher des réponses en lien avec ses partenaires syndicaux de tous les pays qui pourraient être impactés par ce rachat, mais aussi au sein de toutes les instances de représentation au niveau national et européen dans lesquelles elle siège ». Comme la CGT, FO, la CFTC et la CFE-CGC, la CFDT estime que l'entrée de STX dans le capital d'Aker Yards est une menace. « Cette situation pose des enjeux importants en terme d'emplois directs et indirects au niveau du groupe, mais aussi par le risque de disparition d'un savoir faire français de très haut niveau. Nous sommes face à un secteur industriel qui crée de l'emploi et avec un carnet plein de commandes pour trois ans. Cette bonne santé est notable dans une industrie française plutôt en difficulté, ce qui implique que tous les moyens doivent être mobilisés pour sauvegarder les Chantiers de l'Atlantique ».
Une nouvelle rencontre est prévue au ministère le 18 décembre 2007.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)