Construction Navale
Aker Yards : Les syndicats veulent éviter une scission des activités civiles et militaires

Actualité

Aker Yards : Les syndicats veulent éviter une scission des activités civiles et militaires

Construction Navale

Quatre mois après l'entrée dans le capital du constructeur naval du groupe sud-coréen STX Shipbuilding, la CFE-CGC, la CFTC et la CFDT ont écrit à la Commission européenne. Cette dernière a ouvert une enquête approfondie et doit rendre en mai son avis sur le raid boursier d'octobre dernier. « Nous rappelons que pour nous, l'entrée du groupe coréen STX Shipbuilding dans le capital d'Aker Yards ASA à hauteur de 39,2% est une menace très grave pour l'avenir d'Aker Yards et de ses sous-traitants. C'est également une menace pour toute la construction navale européenne travaillant sur le créneau des navires à forte valeur ajoutée, tels que les navires à passagers, et navires militaires », martèlent une nouvelle fois les syndicats. Ces derniers craignent que l'Europe et les pays où sont implantés les sites d'Aker Yards voient dans la séparation des activités civiles et militaires du groupe un moyen, aisé sur le papier, de protéger les savoir-faire dits « stratégiques ». La France peut, en la matière, s'appuyer sur le décret de 2005 sur les investissements étrangers. La question se pose notamment pour le futur porte-avions de la Marine nationale, dont la construction doit être assurée à Saint-Nazaire par Aker Yards. De même, les bureaux d'études ont travaillé en coopération avec DCNS sur le programme des Bâtiments de Projection et Commandement (BPC), dont la partie avant a été construite à Saint-Nazaire. Pour les organisations syndicales, les activités civiles et militaires sont totalement imbriquées. Tenter de les séparer en laissant le contrôle du domaine civil aux Coréens serait par conséquent une grave erreur.

Savoir-faire commun

« Les développements technologiques en matière de construction navale ont, tout au long de l'histoire, été étroitement liés entre la construction des navires civils et des navires militaires Si pour chaque type de navire, il y a des spécificités propres - drague, un car-ferry, un paquebot, un porte-avions, il n'en demeure pas moins de grands domaines de savoir-faire communs : qu'ils soient techniques: la coque métallique, la propulsion, la stabilité, etc ..., ou de management de projet, ou de système d'information (planning, CAO, bases de données, etc ..) », rappellent la CFE-CGC, la CFTC et la CFDT dans le courrier adressé à la Commission de Bruxelles. Selon les organisations, « Les conséquences d'une séparation porteraient aussi bien sur la recherche et développement, les investissements, et sur le savoir faire de coordination multi-métiers, que sur l'équilibre de charge des sites de construction. Cela conduirait immanquablement à fragiliser les tissus industriels régionaux et européens. Mais aussi, en déstabilisant des acteurs majeurs des ces activités, toute séparation serait de nature à augmenter les coûts, et donc à fausser rapidement et durablement la concurrence sur ce marché ».
Une nouvelle fois, les représentants du personnel demande la mise en oeuvre avec les états membres d'une « réelle politique industrielle européenne sur ce secteur stratégique qu'est la construction navale » et de « mettre en place des dispositions européennes de sauvegarde des activités stratégiques ».
Fort de 18 chantiers, principalement basés en Europe, Aker Yards emploie plus de 20.000 personnes. Le groupe compte en France les ex-Chantiers de l'Atlantique, où travaille actuellement.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire