Offshore

Actualité

Alaska : Une unité de forage remorquée sous haute surveillance

Une spectaculaire opération de sauvetage se déroule actuellement au large de l’Alaska, au sud des îles Kodiak. Plus de 730 personnes sont mobilisées suite à l’échouement, le 1er janvier, du Kulluk, une unité de forage appartenant au groupe pétrolier anglo-néerlandais Shell. Celle-ci, exploitée sur les champs pétroliers situés au-dessus du cercle polaire, était en transit, sous remorque, vers Seattle, où elle devait effectuer un arrêt technique.

Le convoi, constitué par deux remorqueurs, le Nanuq et l’Aiviq, et le Kulluk, a été pris dans une tempête et une des remorques a lâché, sous l’effet conjugué de vents soufflant à plus de 50 nœuds et de creux de 8 à 10 mètres. L’autre remorqueur n’a pas réussi à retenir le Kulluk, qui a dérivé puis s’est échoué sur des petits fonds devant l’île de Sitkadilak.
Immédiatement, les gros moyens ont été déclenchés par les autorités américaines. Le souvenir de l’Exxon Valdez, qui a pollué en 1989 la baie du Prince Edward, à quelques centaines de kilomètres de là, est encore très présent. Le Kulluk a, dans ses cuves, 600 tonnes de gasoil et une cinquantaine de tonnes d’huile.
 
 
(© US COAST GUARD)
 
(© US COAST GUARD)
 
 
(© US COAST GUARD)
 
 
Un « commandement unifié » regroupant les autorités fédérales, celles de l’Alaska et de la région du Kodiak, l'US Coast Guard ainsi que Shell et Noble, son sous-traitant, a été mis en place. D’importants moyens nautiques ont été mobilisés : en plus des deux remorqueurs du convoi, les garde-côtes ont rapidement positionné sur zone la vedette USCG Alex Haley, trois autres navires de type supply (ravitaillement offshore), deux remorqueurs portuaires arrivés de Seattle, deux barges de récupération de produits pollués et un bâtiment d’assistance à la dépollution. Côté aérien, l’US Army a envoyé deux hélicoptères Chinook et un avion C-130, alors que les garde-côtes déployaient deux appareils de type Dolphin et deux Jayhawk.
 
 
(© US COAST GUARD)
 
 
(© US COAST GUARD)
 
(© US COAST GUARD)
 
 
Les opérations d’assistance ont été confiées à Smit Salvage. La société néerlandaise a dépêché une équipe qui s’est rendue, malgré des conditions météorologiques très difficiles, à bord du Kulluk dès le lendemain de l’échouement, alors que les 18 membres d’équipage du navire de forage étaient évacués vers le port le plus proche. Les experts ont pu constater que la structure du Kulluk était intacte et qu’aucune fuite de produit n’était, a priori, en cours. Un système de remorquage d’urgence a ensuite été hélitreuillé puis installé à bord. Le salvage master (chef des opérations d’assistance), resté à bord, a ensuite déterminé un plan de remorquage du Kulluk, visant à l’amener dans une baie abritée à 30 milles au nord du lieu d’échouement.
 
 
 
L'équipe de sauveteurs avant son hélitreuillage (© US COAST GUARD)
 
Sling avec le dispositif de remorquage d'urgence (© US COAST GUARD)
 
Hélitreuillage de l'équipe de sauvetage (© US COAST GUARD)
 
Installation du dispositif (© US COAST GUARD)
 
 
Après trois jours d’attente pour une fenêtre météo favorable, le dispositif de remorquage a été connecté à l’Aviq dans la journée du dimanche 6 janvier. La remorque a été mise sous tension, de manière à déséchouer le Kulluk. Quelques heures après qu’il se soit remis à flotter, et après avoir constaté qu’il avait conservé son intégrité structurelle et sa stabilité, le salvage master a lancé le convoi vers Kilivida Bay. Avec une vitesse de 4.5 nœuds de moyenne, celui-ci devrait atteindre son objectif dans les heures qui viennent. Aucune pollution n’a été constatée.
 
 
 
(© US COAST GUARD)
 
 
(© US COAST GUARD)
 
 
(© US COAST GUARD)

Sauvetage et services maritimes