Défense
Albatros : La retraite approche après trente ans de service dans les TAAF

Actualité

Albatros : La retraite approche après trente ans de service dans les TAAF

Défense

Construit en 1967 au Trait, en Normandie, le doyen de la flotte française fête ses trente ans de service dans les eaux du grand sud de l’océan Indien. Depuis 1984, l’Albatros, basé à La Réunion, enchaîne les missions dans la zone économique exclusive des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Des navigations longues et souvent éprouvantes pour l’équipage et le matériel, qui affrontent les caprices des quarantièmes rugissants, avec leur lot de tempêtes, de fortes mers et d’icebergs. Malgré ces conditions difficiles, la mission du patrouilleur austral est essentielle pour assurer la surveillance des pêches dans la ZEE française de Saint Paul et Amsterdam, Crozet et Kerguelen, soit 200 milles d’eaux françaises autour de chacune de ces îles. « La présence d’un bâtiment de surveillance dans ces eaux très riches permet de veiller à la pérennité d’une ressource halieutique (langouste et légine) dont le poids économique est très important pour l’île de la Réunion. Seuls huit navires de pêche français, tous basés à La Réunion, sont autorisés à exploiter cette ressource », souligne la Marine nationale, qui doit à présent gérer la fin de vie de son plus vieux patrouilleur et trouver une solution de rechange.