Défense
ALINDIEN : La fin du commandement permanent embarqué

Actualité

ALINDIEN : La fin du commandement permanent embarqué

Défense

A l'automne, l'amiral commandant la zone maritime de l'océan Indien (ALINDIEN) prendra ses quartiers à Abu Dhabi, au sein de l'Implantation Française aux Emirats Arabes Unis (IMFEAU). A cette date, l'unique commandement permanent à la mer de la Marine nationale cessera d'exister. Car, depuis 1973, ALINDIEN assurait son commandement depuis un navire, en l'occurrence, ces dernières années, un bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR). Cette spécificité aura vécu en fin d'année, lorsque l'amiral et son état-major se seront installés à terre, au sein de la base d'Abu Dhabi, inaugurée l'an dernier. « ALINDIEN assurait déjà le contrôle opérationnel de l'IMFEAU et séjournait régulièrement sur la base navale et de soutien qui accueille fréquemment, depuis mai 2009, le bâtiment de commandement d'ALINDIEN. Le développement de la coopération bilatérale avec les Emiriens, l'animation de la coopération avec l'ensemble des pays de la région, ainsi que la conduite des activités croissantes de l'implantation requièrent l'établissement de son commandement sur place », explique la Marine nationale.

La base navale d'Abu Dhabi (© : MARINE NATIONALE)
La base navale d'Abu Dhabi (© : MARINE NATIONALE)

Futur patron des forces françaises aux EAU

En plus du commandement de la zone maritime de l'océan Indien, l'amiral les fonctions de l'amiral comprendront, progressivement, celles de commandant des forces françaises aux Emirats Arabes Unis (Comfor EAU). Quant à son navire, actuellement la Somme, il sera basé à Abu Dhabi jusqu'à l'été 2011. Ensuite, la décision n'est pas prise. Néanmoins, pour d'évidentes raisons budgétaires, il n'est pas impossible que le BCR (les trois bâtiments de ce type se relayant sur zone environ tous les trois ans) quitte la région pour rentrer en métropole. « A terme, ALINDIEN pourrait s'appuyer sur des navires de passage dans la zone et disposant des capacités d'accueil nécessaires ». Le rapatriement à Toulon du BCR déployé en permanence en océan Indien pourrait, également, devenir nécessaire pour maintenir des capacités suffisantes en matière de ravitaillement et de commandement afin d'assurer le soutien d'un groupe naval et/ou d'une ou plusieurs opérations internationales. Surtout si la Meuse doit être désarmée dans les prochaines années et que les quatre nouveaux bâtiments logistiques n'arrivent qu'après 2015.

La Somme ravitaillant une frégate (© : MARINE NATIONALE)
La Somme ravitaillant une frégate (© : MARINE NATIONALE)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française