Divers
Alphonse Arzel s’est éteint

Actualité

Alphonse Arzel s’est éteint

Divers

C'est l'une des grandes figures de la Bretagne qui s'est éteinte. Alphonse Arzel est mort, à l'âge de 86 ans. Alors maire de Ploudalmézeau (29) depuis 1961, il découvrit l'horreur, un matin de mars 1978, sur les plages de Portsall. Des flancs de l'Amoco Cadiz, échoué tout près de la côte, se déversait le pétrole brut qui allait causer l'une des pires marées noires de l'histoire, s'étalant sur des centaines de kilomètres du rivage breton.  Alphonse Arzel s'engageait alors dans un long bras de fer avec la Standard Oil pour faire reconnaître la responsabilité de la compagnie américaine et indemniser les victimes de la catastrophe écologique.   

 

 

Alphonse Arzel est mort. Il s'est éteint à l'âge de 86 ans. Avec lui, c'est une grande figure bretonne qui s'est éteinte.
Ancien sénateur et maire de Ploudalmézeau durant quarante ans, il a marqué la vie politique finistérienne. Mais surtout, Alphonse Arzel incarne le combat des Bretons contre la toute puissante Standard Oil et sa filiale Amoco Transport Company, après la terrible marée noire de 1978.



Bras de fer contre la compagnie américaine



Le 16 mars, cette année-là, l’Amoco Cadiz s’échouait sur sa commune de Ploudalmézeau au nord-ouest du Finistère, provoquant alors la plus grande marée noire de l'histoire. 
Dès le lendemain, il décide de lancer une procédure pour en déterminer les responsabilités. C'était le début d'un long combat et d'une douzaine d'allers-retours à Chicago, aux Etats-Unis.

 

 

Un si long combat



Durant toutes ces années, Alphonse Arzel fut le formidable porte-drapeau des communes souillées par le pétrole de l'Amoco. Un bras de fer qui finira par aboutir en 1980 à la condamnation de la compagnie américaine, reconnue responsable du naufrage, et en 1993 à l'indemnisation des victimes de la catastrophe écologique. Une jurisprudence applicable à quasiment toute la planète était née.

 

 

1980 : naissance de Vigipol

 


Parallèlement, l'ancien sénateur-maire de Ploudalmézeau fut aux avant-postes de la création de Vigipol, le syndicat mixte de protection du littoral breton, tout comme Charles Josselin, l'ancien ministre.
Alphonse Arzel était présent pour célébrer les 30 ans de Vigipol, en octobre 2010.

 

 

Plusieurs décennies d'engagement politique

 

 

En 2001, Alphonse Arzel quitte la politique. Après 49 ans d'engagement. En 1961, il avait été élu maire de Ploudalmézeau, sa commune de naissance, et en 1983, il avait été élu président de l'association des maires du Finistère. Un poste qu'il a occupé jusqu'en 2001.

 

 

Un bro goz de légende contre la mucoviscidose

 


Une dizaine d'années auparavant, c'est à ce titre qu'il avait été la cheville ouvrière du chœur des maires contre la mucoviscidose, rassemblé en 1992 au théâtre de Morlaix. Il y avait entonné un bro goz de légende.

 

 

Officier de la Légion d'honeur

 



Alphonse Arzel avait reçu des mains de Charles Josselin la plus haute distinction de l'Etat, l'insigne d'officier dans l'ordre de la Légion d'honneur.

"Alphonse Arzel incarnait cette Bretagne qui ne renonce jamais et qui sait mobiliser toutes ses forces lorsque le combat est loin d’être gagné, mais lorsque le combat est juste", a réagi Jean-Yves Le Drian par communiqué, à l'annonce du décès de l'ancien sénateur-maire finistérien.

 

 

Un article de la rédaction du Télégramme